Controverse de valladolid

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4582 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La controverse de Valladolid

I°/ Biographie de l’auteur

Jean-Claude CARRIERE naît le 17 septembre 1931. Il fait des études de lettres et d’histoire avant de se consacrer au dessein et à l’écriture. Il signe son premier roman, Lézard, en 1957. Il s’intéresse aussi à d’autres genres, publiant des essais, Les Mots et la Chose, 1986 et des récits, La Controverse de Valladolid, 1992.Scénariste
A l'amour de la littérature s'ajoute une passion pour le cinéma. Jean-Claude Carrière collabore pendant dix-neuf ans avec le cinéaste espagnol Luis Bunuel, pour qui il signe notamment les scénarios du Journal d'une femme de chambre (1964) et de Cet obscur objet du désir (1976). Il est également scénariste pour Milos Forman Valmont, (1988), Volker Schlöndorff, le Tambour, 1979, AndrzejWadja, Danton, 1982 ou encore Jean-Paul Rappeneau, Cyrano de Bergerac, 1991, et Le Hussard sur le toit, 1995. Auteur de dialogues de téléfilms, il imagine, entre autres, ceux de La Controverse de Valladolid, une réalisation de Jean-Daniel Verhaeghe (1992).

Adaptateur et dramaturge
Il s'intéresse aussi au théâtre et, entouré des plus grands, il conçoit plusieurs adaptations. Dramaturge, ilsigne L'Aide-Mémoire en 1968 et La Controverse de Valladolid, montée par Jacques Lassale, en 1999.
Jean-Claude CARRIERE est officier de la légion d’honneur.

II°/ Une pièce de théâtre qui s’appuie sur un véritable débat

D'août 1550 à avril 1551 se déroule au couvent des Dominicains à Valladolid un examen des conceptions des uns et des autres. En fonction des vainqueurs, la Couronne seconformera aux thèses victorieuses.
Il n'y a en fait aucune victoire décisive. Dans les années précédant la controverse, Las Casas avait fait interdire les oeuvres de son adversaire. Pour las Casas, tout doit être subordonné à l'évangélisation, il faut respecter le droit des Indiens, c'est à la Couronne qu'il appartient de confirmer les droits des Indiens et d'envoyer des missionnairespacifiques.
Les campagnes de sensibilisation des pouvoirs menées en Espagne en faveur des Indiens, ainsi que la volonté politique de la Couronne de limiter le pouvoir des patrons d' encomiendas. Ce sont des contingents d'Indiens placés sous la juridiction d'un colon blanc à qui ils sont «recommandés» en vue de l'évangélisation et qui comporte des servitudes (tribut, travail...).Ils sont àl'origine des lois interdisant la vente des terres indiennes aux colons blancs et aussi des « réductions ». Les «réductions» étaient un système alternatif à celui des encomiendas, et visaient à reconstituer des communautés indiennes agraires et à les doter de terres et d'une gestion autonome. Le but était à la fois économique (en faire des unités d'exploitation de type européen) et spirituel(évangéliser). Les réductions furent confiées à des missionnaires ou à des corregidores d'indiens, mais elles furent surtout représentatives des zones de missions.
Entre 1550 et 1580, l'ancien régime du travail gratuit et illimité des Indiens fut remplacé par un système de travail obligatoire et rétribué; cependant cela ne représenta qu'un piètre progrès par rapport aux premières encomiendas. Lesabus, les illégalités et les extorsions furent monnaie courante.
L'esclavage continu aussi d'exister jusqu'en 1542, date à laquelle on le supprime sans restrictions pour les Indiens. On continue cependant de la pratiquer clandestinement (en particulier au Chili), et ce n'est qu'à partir du XVII° siècle qu'il disparaît. Il est alors remplacé par l'esclavage des noirs. Il ne faut pas oublier quel'esclavage continue d'exister en Espagne même : à la fin du XVI° siècle, il y a entre 50 000 et 80 000 esclaves en Espagne, dont plus de 60 % en Andalousie. Ils sont baptisés dès leur arrivée dans la péninsule, mais ne deviennent pas libres pour autant. Cela se fait soit par affranchissement (le plus souvent par testament), soit par rachat de l'esclave par lui-même. Environ 40 % des esclaves...
tracking img