Convaincre, persuader

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1081 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CORPUS
TEXTE A. J. de La Fontaine, Le loup et l'agneau, livre 1, fable X, 1668
TEXTE B Florian (1755 — 1794) ; Le crocodile et l’esturgeon, Fables, 1792.
TEXTE C Victor Hugo ; L’ogre et la fée, Toute la lyre, 1888,

TEXTE A
LE LOUP ET L'AGNEAU.
La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l'allons montrer tout à l'heure.
Un agneau se désaltérait
Dans le courantd'une onde pure.
Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
« Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
Sire, répond l'Agneau, que Votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu'elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessousd'Elle ;
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
- Tu la troubles, reprit cette bête cruelle ;
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
- Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
Reprit l'agneau ; je tète encor ma mère.
- Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
- Je n'en ai point. - C'est donc quelqu'un des tiens ;
Car vous ne m'épargnez guère,Vous, vos bergers, et vos chiens.
On me l'a dit : il faut que je me venge. »
Là-dessus, au fond des forêts
Le loup l'emporte, et puis le mange,
Sans autre forme de procès.
LA FONTAINE, Fables, livre 1, fable X, 1668
NOTES
1. Tout à l’heure : à l’instant
2. Aventure : bonne occasion
3. Si hardi de : assez hardi pour.
4. vas : forme possible à l’époque pour « vais »
5. pas : mesure dedistance (approximativement une enjambée
6. si : puisque

TEXTE B
LE CROCODILE ET L’ESTURGEON
Sur la rive du Nil un jour deux beaux enfants
S’amusaient à faire sur l’onde,
Avec des cailloux plats, ronds, légers et tranchants,
Les plus beaux ricochets du monde.
Un crocodile affreux arrive entre deux eaux,
S’élance tout à coup, happe l’un des marmots,
Qui crie et disparaît dans sa gueuleprofonde.
L’autre fuit, en pleurant son pauvre compagnon.
Un honnête et digne esturgeon
Témoin de cette tragédie,
S’éloigne avec horreur,
se cache au fond des flots.
Mais bientôt il entend le coupable amphibie
Gémir et pousser des sanglots.
« Le monstre a des remords, dit-il : ô providence,
Tu venges souvent l’innocence;
Pourquoi ne la sauves-tu pas?
Ce scélérat du moins pleure sesattentats
L’instant est propice, je pense,
Pour lui prêcher la pénitence:
Je m’en vais lui parler. » Plein de compassion,
Notre saint homme d’esturgeon,
Vers le crocodile s’avance:
« Pleurez, lui cria-t-il, pleurez votre forfait;
Livrez votre âme impitoyable
Au remords, qui des dieux est le dernier bienfait,
Le seul médiateur entre eux et le coupable.
Malheureux, manger un enfant!
Moncoeur en a frémi, j’entends gémir le vôtre
- Oui, répond l’assassin, je pleure en ce moment
30 De regret d’avoir manqué l’autre.»
Tel est le remords du méchant.
FLORIAN (1755 — 1794) ; Fables, 1792.
NOTES
esturgeon : grand poisson de mer qui remonte tes fleuves pour pondre ses oeufs.
amphibie : animal qui vit dans la terre et dans l’eau.
attentat: entreprise contre les lois de la nature.TEXTE C
L’OGRE ET LA FEE
Un brave ogre des bois, natif de Moscovie,
Ètait fort amoureux d’une fée, et l’envie
Qu’il avait d’épouser cette dame s’accrut
Au point de rendre fou ce pauvre coeur tout brut;
L’ogre, un beau jour d’hiver, peigne sa peau velue,
Se présente au palais de la fée, et salue,
Et s’annonce à l’huissier comme prince Ogrousky.
La fée avait un fils, on ne sait pas de qui.Elle était, ce jour-là, sortie, et quant au mioche,
Bel enfant blond, nourri de crème et de brioche,
Don fait par quelque Ulysse à cette Calypso,
Il était sous la porte et jouait au cerceau.
On laissa l’ogre et lui tout seuls dans l’antichambre.
Comment passer le temps quand il neige, en décembre,
Et quand on n’a personne avec qui dire un mot?
L’ogre se mit alors à croquer le marmot...
tracking img