Copier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2080 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire du discours de Bayeux :

Le discours de Bayeux est prononcé par le GDG le 16 juin 1946. Homme du 18 juin, homme de la libération, il prononce ce discours dans le contexte de la fin de la 2e guerre mondiale, dans le contexte de l’établissement d’un nouveau régime après celui de Vichy. En effet, le premier projet de Constitution a été élaboré par les communistes et socialistes maisrejeté par les français par la voie référendaire. Un deuxième projet est alors en préparation : DG prend position mais il ne sera pas suivi et démissionnera jusqu’en 1958, date de son retour au pouvoir.

• Pourquoi Bayeux ? – Première ville de métropole libérée – Première ville qu’il a visité lors de son retour = portée historique et symbolique : « Bayeux et ses environs furent témoins d’un desplus grands évènements de l’Histoire ». « C’est ici que, quatre années après le désastre initial de la France et des alliés, débuta la victoire finale des alliés et de la France »

Ce discours est à l’image du lieu, très symbolique, accompagné d’envolée lyrique, symbole du personnage.

Le discours de Bayeux est un « diagnostic » de la situation de la France au sortir de la guerre et du régimede Vichy et suite à ce diagnostic DG propose son propre projet, considéré comme le « brouillon » de la constitution de 1958. Pour DG, la RF n’est pas terminée car aucun régime n’a pu installer une réelle stabilité institutionnelle. Difficulté à insérer les acquis révolutionnaires dans un régime démocratique stable. C’est donc tout l’ambition de DG, de donner une stabilité institutionnelle à laFrance afin de maintenir le consensus national.

Ainsi, quels sont les éléments de l’histoire constitutionnelle française que De Gaulle remet en cause afin de légitimer son nouveau projet ?

Ce discours exprime la nécessité d’une nouvelle forme de régime par la présentation d’un nouveau projet.

• Le nécessité d’une nouvelle forme de régime
B) Le refus d’un retour à un régime d’assemblée : cfIIIe rep

Dans son discours, DG dénonce le régime d’assemblée comme faible et instable. En effet, la IIIe et Ive république ont instauré un régime parlementaire mais on a rapidement assisté à sa dégénérescence en un régime d’assemblée. (cst Grévy sonne le glas de la présidence au profit de l’assemblée).
Il faut donc éviter premièrement que l’équilibre et la stabilité du régime dépendentuniquement du suffrage universel des élections législatives. Le résultat de ces dernières ne doit plus être essentiel car si elles conduisent à l’apparition de majorités faibles, le gouvernement sera diminué.
Ainsi, le pouvoir législatif ne doit plus être souverain et les autres pouvoirs ne doivent plus procéder de lui. Il refuse la conception moniste de la présidence de la IIIe république quisignifie qu’il n’existe qu’un seul centre de la vie politique, c’est la chambre des députés et dans laquelle on nie au président la faculté d’avoir une politique personnelle.

Deuxièmement, les partis politiques ne doivent plus décider de la composition et du programme du gvt car ils créent de l’instabilité : «Tant de secousses ont accumulé dans notre vie publique des poisons dont s’intoxique notrevielle propension gauloise aux divisions et aux querelles », « La rivalité des partis revêt un caractère fondamental, qui met toujours tout en question et sous lequel s’estompent trop souvent les intérêts supérieurs du pays ».
DG est opposé au régime des partis car il leur attribue en partie la chute de la IIIe république. Les partis ne doivent donc plus contrôler le fonctionnement de l’exécutifet du régime afin de garantir la stabilité institutionnelle. Pour DG, l’expression des partis doit se faire à l’AN car l’exécutif n’est pas le lieu des querelles politiques.

On retrouve l’attachement de DG à la séparation des pouvoirs dans ce discours par la phrase : «tous les principes et toutes les expériences exigent que les pouvoirs public : législatif, exécutif, judiciaire soient...
tracking img