Corneille

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2402 mots )
  • Téléchargement(s) : 1
  • Publié le : 23 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pierre Corneille, né à Rouen le 6 juin 1606 et mort à Paris le 1er octobre 1684,dramaturge français. Ses pièces célèbres : Le Cid), Cinna), Polyeucte et Horace). La richesse et la diversité de son œuvre reflètent les valeurs et les grandes interrogations de son époque.
Aîné des six enfants d’une famille aisée de magistrats rouennais, Pierre Corneille entame en 1624 une carrière d’avocat àRouen. 1628 son père lui achète deux offices d'avocat du roi au siège des Eaux et Forêts et à l'amirauté de France. Il prend ses fonctions le 16 février 1629. En 1629, un chagrin amoureux le conduit à écrire ses premiers vers, puis sa première comédie, Mélite. Avec les pièces qui suivront : Clitandre, la Veuve, la Galerie du Palais, la Suivante, la Place Royale, Médée et l’Illusion comique, apparaîtun nouveau style de théâtre où les sentiments tragiques sont mis en scène pour la première fois dans un univers plausible, celui de la société contemporaine.
Corneille, auteur officiel nommé par Richelieu, rompt avec ce statut de poète) du régime et avec la politique contestée du cardinal, pour écrire des pièces exaltant la haute noblesse (Le Cid)), rappelant que les hommes politiques ne sontpas au-dessus des lois (Horace)), ou montrant un monarque cherchant à reprendre le pouvoir autrement que par des représailles (_Cinna_).
En 1647, il est élu à l’Académie française au fauteuil 14 qu’occupera son frère et collaborateur occasionnel Thomas après sa mort.
Corneille continue à innover en matière de théâtre jusqu’à la fin de sa vie, en montant ce qu’il appelle une « pièce à machines», c’est-à-dire privilégiant la mise en scène et les « effets spéciaux » (_la Toison d’or_), et en s’essayant au théâtre musical (_Agésilas, Psyché_). Il aborde aussi le thème du renoncement, à travers l’incompatibilité de la charge royale avec le droit au bonheur (_Sertorius, Suréna_).
À partir des années 1660, l’étoile montante du théâtre français s'appelle Jean Racine, dont les intriguesmisent davantage sur le sentiment et apparaissent moins héroïques et plus humaines. La comparaison avec Racine tournera au désavantage de Corneille lorsque les deux auteurs produiront presque simultanément, sur le même sujet, Bérénice) (Racine) et Tite et Bérénice (Corneille). À la fin de sa vie, la situation de Corneille est telle que Boileau demande pour lui une pension royale qu'il obtient de LouisXIV.
L’œuvre étendue et riche de Corneille a donné naissance à l’adjectif « cornélien » qui signifie :
la volonté et l’héroïsme
la force et la densité littéraire
la grandeur d’âme et l’intégrité
une opposition irréductible entre deux points de vue, spécialement une option affective ou amoureuse contre une option morale ou religieuse.
Le Cid est une piècede théâtre (tragi-comédie1)) en vers de Pierre Corneille dont la première représentation eut lieu en décembre 1636 ou janvier1637 2).
Don Rodrigue (Rodrigue), fils de Don Diègue et amant3) de Chimène. Cid est un surnom de guerre qui ne sera rappelé qu’aux actes IV et V et uniquement par le roi et l’Infante.
Chimène, fille de Don Gomès et maîtresse 4) de don Sanche et de donRodrigue dont elle est aussi l’amante.
Don Gomès (le comte), comte de Gormas et père de Chimène.
Don Diègue [de Bivar], père de don Rodrigue.
Doña Urraque (l’Infante), Infante de Castille 5) [secrètement amoureuse de Rodrigue].
Don Fernand, premier Roi de Castille.
Don Sanche, amoureux de Chimène
Elvire, gouvernante de Chimène
Léonor, gouvernante del'Infante.
Don Arias et don Alonse, gentilhommes castillans
Acte I
Chimène se réjouit car son père est favorable à son union avec le jeune Rodrigue dont elle est amoureuse. L’Infante, Doña Urraque avoue, de son côté, à sa gouvernante Léonor, qu’elle a organisé l’union de Chimène et Rodrigue afin que l’amour qu’elle éprouve pour le jeune homme ne puisse plus la détourner de...
tracking img