Corpus argumentation sur l'éducation

Groupement de textes sur le thème de l’éducation.

Textes
• Texte A. V. HUGO, Les Contemplations, « À propos d’Horace » (1856).
• Texte B. J. VALLÈS, Le Bachelier (1881).
• Texte C. M. TOURNIER, article du journal, Le Monde (1978).

1. Ces trois textes abordent différents aspects de l’éducation ou de l’enseignement. Précisez, texte par texte, les thèmes évoqués,le propos ou les thèses enprésence.
2. Identifiez le(s) registre(s) employés dans chacun des textes du corpus.

Introduction :

Ce groupement de textes nous propose une réflexion sur l’éducation et nous constatons que c’est un sujet qui se retrouve au fil des siècles ainsi Victor Hugo l’aborde dans son recueil des Contemplations dans un poème intitulé « A propos d’Horace », et Jules Vallès en parle dans son roman leBachelier ; Nous constatons qu’au XXème siècle l’enseignement (l’éducation) demeure au centre des préoccupations des hommes, nous étudierons la vision que nous donne l’écrivain Michel Tournier.
Comment chacun parle-t-il de ce thème ? C’est ce que nous allons essayer de mettre en lumière.

HUGO /
Il s’agit de 2 strophes extraites du poème « A propos d’Horace » (extrait du livre I desContemplations) . Il y dénonce avec force l’enseignement qu’il a reçu dans son enfance, (enseignement dont les bases reposaient sur la contrainte , l’obligation , ne laissant pas à l’élève la possibilité de s’épanouir) , à cette vision critique, Victor Hugo oppose une vision idéale de l’enseignement . C’est ainsi qu’avec lyrisme il dresse le portrait d’une éducation tenant compte de l’élève et qui luidonnera le goût d’apprendre , une éducation où primera le rapport affectif entre élève et professeur , où une plus grande pédagogie sera respectée ;

VALLES /

Le texte appartient à la trilogie ( l’enfant, le bachelier , l’insurgé)

Jules Vallès, jeune bachelier, ne trouve pas de travail pour une raison bien simple : "J'ai dix ans de colère dans les nerfs, du sang de paysan dans les veines,l'instinct de révolte... ne voyant la vie que comme un combat, espèce de déserteur à qui les camarades même hésitent à tendre la main, tant j'ai des théories violentes qui les insultent et qui les gênent ; ne trouvant nulle part un abri contre les préjugés et les traditions qui me cernent et me poursuivent comme des gendarmes." Dans ce deuxième volume autobiographique, entre L'Enfant etL'Insurgé, Jacques Vingtras le réfractaire manifeste au Quartier latin, échafaude avec ses amis mille projets révolutionnaires. L'écriture est enflammée, pleine d'humour. La Commune se profile à l'horizon. En attendant il faut vivre : il sera pion.
Le thème de l’éducation est abordé : Vallès l’aborde d’un regard critique : il soulève un aspect paradoxal : les connaissances acquises (ici les connaissancesdu latin et du grec) , ne sont pas toujours synonymes de réussite sociale (l’exemple de l’ancien camarade de son père le prouve) , de plus la dédicace insiste sur ce point : » a ceux qui nourris de grec et de latin sont morts de faim » l’échange « poli » et « lettré » entre le proviseur et lui fait ressortir le côté ridicule de la situation : chacun utilisant son savoir pour éblouir l’autre .
Letexte se terminant sur un subtil sur le double sens du mot : bagage ( culture et valises !) marque de la pauvreté matérielle du jeune homme mais aussi marque de sa richesse intellectuelle !

TOURNIER nous offre une réflexion sur le thème de l’éducation mais sa thèse illustre l’idée suivante : selon lui, les mathématiques seules, ne suffisent pas à former les hommes, les disciplines littérairessont essentielles pour tous et surtout les jeunes qui ne sont pas amenés à faire de longues études.
IL part d’un constat, : il regrette dans un premier temps, que l’éducation au fil du temps soit devenue « selective », cad que « fournir à l’enfant les connaissances qui lui serviront dans la vie » cad « qui l’asserviront à la fonction qu’on lui assignera » Des disciplines sont négligées, alors...
tracking img