Corpus de texte l'homme romantique et la nature

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (374 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
A l'époque où mles peintres romantiques quittent les ateliers et decouvrent le travail en exterieur, les poètes réhabilitent la nature sauvage, contrairement aux classiques qui l'idéalisent. Unenouvelle version du mondre naturel apparait alors : l'homme prend conscince de sa etitesse face aux éléments. Dès le ébut du 19eme siècle, lamartine, vigny, musset et hugo font écho à ce changement dementalité. Que recherchent-ils ? Quels rapport entretiennent-ils avec elle ?
En premier lieu, tous les poètes personnifient la nature out tout au moins la rendent vivante : Lamrtine, dans "le lac",apostrophe les environs du lac de bourget : " Ô lac ! Rochers muets ! grottes ! forêt obscure". Vigny fait usage de la prospopée et donne la parole à la nature ( " elle me dit" ) qu'il assimile àdifférentes figures féminines( " une mère ", " belle et toujours parfumée"). L'humanisation est moins nette chez Musset et Hugo, mais la nature semble animée et dotée de vie : " nuit d'aout" abonde en verbesd'action ( " voltige", "éclore", "s'incline", "craquer" ...). Dans " a albert durer", on se trouve dans un entre-deux où vie et mort se confondent : " se penchent reveurs les vieux pins", " les rameauxtordus font cent coudes difformes".
Cette nature humanisé ou aninaimée apparait avant tout comme immortelle, notament dna sles trois premiers poèmes, qui évoquent le cycle sans fin de la vie :Lamartine utitlise utilise une allégorie pour s'adresser aux rochers "que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir". Dans le texte de Vigny, la nature détermine elle-même ce cycle dont-elle se nourritéternellement : "mon hiver prend vos morts comme son hécatombe" signifie que les vies humaines alimentent, comme des victimes de sacrifices, la renaissance de la nature. La même idée apparait dans " Nuitd'aout' : Le vocabulaire de la vie et celui de la mort sont constamment mêlés ( " chante encore/ Sur la branche où es oeufs sont brisée", "on entend le bois mort craquer", "tout meurt ce soir pour...
tracking img