Corpus le theatre, texte et representation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1537 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CORRECTION DE LA QUESTION SUR CORPUS : ENTRAINEMENT
LE THEATRE, TEXTE ET REPRESENTATION

Le corpus qui nous est présenté est constitué de quatre documents dont trois textes et une image. Deux siècles sont représentés pour les extraits, classés par ordre chronologique : le XVIIIème et le XIXème. Nous observons deux extraits de comédie du XVIIIème siècle (Les Fausses confidences de Marivaux doc1 et Le Barbier de Séville de Beaumarchais doc 2) et un extrait d’un drame romantique (Ruy Blas, Victor Hugo doc 3). L’image, quant à elle, représente un extrait de la mise en scène des Fausses Confidences de Marivaux faite par Didier Bezace en 2010 au théâtre de la Commune à Aubervilliers. Trois questions nous invitent à nous faire réfléchir sur, d’une part, le rôle de la lettre sur le plandramatique et scénique, d’autre part sur les registres représentés dans ces extraits et enfin notre regard portera sur les documents 1 et 2 afin de montrer l’intérêt de la lettre dans la double énonciation.
1) Tout d’abord, nous remarquons que la lettre occupe une place centrale dans les documents 1, 2 et 3 : en effet, dans le document 1 et 4, nous sommes confrontés à la présence de deuxpersonnages (Dorante et Araminte) qui sont en train de rédiger une lettre destinée à un autre homme. Du point de vue dramatique, la lettre est un moyen pour Araminte de parvenir à ses fins : faire en sorte que Dorante lui avoue enfin ses sentiments. Nous le voyons à la ligne3 au cours d’un aparté « Il ne sait ce qu’il fait ; voyons si cela continuera », ou encore à la ligne 15 « Il souffre, mais il nedit mot. Est-ce qu’il ne parlera pas ? ». Dès lors, la lettre est un stratagème utilisé par Araminte afin de mettre à l’épreuve son prétendant pour qu’il lui avoue ses sentiments. Dans le document 4, qui est une adaptation de l’extrait dont nous venons de faire une courte analyse, nous remarquons également que la lettre est au cœur de la scène car les deux personnages sont en vis-à-vis, la lettreétant au milieu d’eux et en position centrale sur l’image. Ce resserrement des protagonistes autour de la lettre fait écho au texte et en constitue la représentation visuelle. D’un point de vue scénique, la lettre constitue un objet qui rapproche deux personnages ; dans le document 4, la présence de celle-ci sur scène donne un aspect vraisemblable au texte : nous voyons clairement Dorante en pleinexercice d’écriture, symbolisé par la présence d’un encrier, d’une plume et d’un papier.
Nous retrouvons la même idée dans le document 3 : la lettre est un élément central de la scène autour duquel tout se joue : elle rythme la scène. En effet, tout se passe rapidement dans un jeu de cache-cache et de feinte. La lettre devient donc issu un stratagème pour Rosine afin d’échapper à la colère deBartholo (la didascalie de la ligne 2 « Rosine tombe sur un fauteuil, et feint de se trouver mal » aparté de Bartholo : « Dieux ! la lettre ! »). Scéniquement, on imagine très bien Bartholo profiter de la situation, créant ainsi un comique de geste admirable (« il lit par derrière le fauteuil »). La lettre devient pour eux l’enjeu de la bataille qui les anime car Bartholo est prêt à tout afin deconnaître l’intimité secrète de sa pupille Rosine.
La lettre permet également de rendre compte du caractère des personnages. Cela se distingue aisément dans nos trois documents : le document 1 montre qu’Araminte est maligne et possède une stratégie infaillible pour que Dorante lui présente ses sentiments : la jalousie. En effet, Dorante est chargé d’écrire….à son rival !. De même, scéniquement etdramatiquement, Dorante est clairement distingué par son statut de serviteur car c’est à lui que revient la tâche ingrate d’écrire sous la dictée (tâche donnée à un serviteur, chose qu’il est ici). Cela explique les reproches d’Araminte « Etes vous prêt à écrire ? », « En voilà devant vous », « vous ne m’écoutez donc pas ? ». ou encore l’impératif « achevez vous dis-je ». Dans le document 2, les...
tracking img