Corpus mme bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3701 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
|Devoir de synthèse sur corpus |1 L – Séquence III |
|OBJET D’ÉTUDE : les réécritures |
|THÈME : variations autour de Madame Bovary|

Sujet de dissertation :

Dans les diverses réécritures et adaptations de Madame Bovary, aussi bien que dans le roman lui-même, quelle est la part de fidélité à un modèle ? Quelle est la part de création personnelle ?
Vous fonderez votre analyse sur votre connaissance de l'oeuvre, du corpus qui suitet de tout document qui vous semblera adapté.

* * * * * * *
DOCUMENT A – Maxime DU CAMP, Souvenirs littéraires (1882)

Maxime Du Camp fut un ami intime de Gustave Flaubert. Dans ses Souvenirs littéraires, il a raconté dans quelles circonstances aurait été suggérée à Flaubert l'idée d'écrire Madame Bovary.

Tout à coup Bouilhet (1) dit : « Pourquoi n'écrirais-tu pas l'histoire deDelaunay (2) ? »  Flaubert redressa la tête et, avec joie, s'écria : « Quelle idée ! »

Delaunay était un pauvre diable d'officier de santé qui avait été l'élève du père de Flaubert et que nous avions connu. Il s'était établi médecin près de Rouen, à Bon-Secours. Marié en premières noces à une femme plus âgée que lui, et qu'il avait cru riche, il devint veuf et épousa une jeune fille sans fortunequi avait reçu quelque instruction dans un pensionnat de Rouen. C'était une petite femme sans beauté dont les cheveux d'un jaune terne encadraient un visage piolé de taches de rousseur. Prétentieuse, dédaignant son mari, qu’elle considérait comme un imbécile, ronde et blanche, avec des os minces qui n'apparaissaient pas, elle avait dans la démarche, dans l'habitude générale du corps, desflexibilités et des ondulations de couleuvre. […] Delaunay adorait cette femme, qui ne se souciait guère de lui, qui courait les aventures et que rien n'assouvissait. [...] Accablée de dettes, poursuivie par ses créanciers, battue par ses amants pour lesquels elle volait son mari, elle fut prise d’un accès de désespoir et s’empoisonna.

1. Louis Bouilhet (1822-1869) : ami de Flaubert, poète et auteurdramatique.
2. Du Camp déguise le nom de Delamare sous le pseudonyme de Delaunay.

DOCUMENT B - Notice sur la genèse de Madame Bovary (site pédagogique de l'Académie de Strasbourg. Voir : http://www.ac-strasbourg.fr/pedago/lettres/Lecture/Bovarypresent.htm)

Aux origines du livre

En septembre 1849, Flaubert, qui n'a pratiquement rien publié, convie dans sa maison de Croisset ses amisMaxime Du Camp et Louis Bouilhet à une séance de lecture. Il veut connaître leur opinion sur l'ouvrage auquel il travaille avec passion depuis 1847, la Tentation de saint Antoine. Effarés par le lyrisme et l'imaginaire exubérants de cette œuvre, les deux « juges » en déconseillent formellement la publication et invitent son auteur à se tourner vers un sujet plus "familier", loin de toutes formes de« divagations ».
Selon Du Camp, c'est Louis Bouilhet lui-même qui aurait suggéré à Flaubert d'exploiter un fait divers contemporain, l'histoire des époux Delamare, que l'on peut résumer ainsi : ancien élève du père du romancier, Eugène Delamare, officier de santé, veuf d'une femme beaucoup plus âgée que lui, épouse en secondes noces Alice-Delphine Couturier, une jeune normande, rêveuse etfantasque. Dès l'installation du couple dans la petite commune de Ry, la jeune épouse s'éprend d'un bellâtre local, puis un peu plus tard de Louis Campion, le clerc de notaire. Endettée, malade, la jeune femme meurt à vingt-sept ans sans que l'on sache avec certitude si elle s'est suicidée. Eugène Delamare mourra l'année suivante, laissant orpheline leur petite fille.
Flaubert emporta avec lui ce...
tracking img