Corpus sur carpe diem

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2897 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1°) Relevez, dans les trois textes, les éléments qui en font des discours de persuasion amoureuse.
2°) Comment chacun des poèmes définit-il l’action de « cueillir le jour » ? Vous confronterez notamment le choix des registres.

Dans ce corpus, basé sur le thème de l’expression « Cueille le jour », nous allons étudier trois poèmes. Les deux premiers ont été écrits par Ronsard, poète classiquedu XVIème siècle et membre de la Pléiade. « Ode à Cassandre » lui a été inspiré par Cassandre Salviati et a paru en 1553 dans le recueil Les Amours, avant d’être intégré à ses fameuses Odes en 1584. Vingt-cinq ans plus tard, il éditait les Sonnets pour Hélène, recueil dédié à Hélène de Surgères, dans lequel on peut lire le second poème du corpus, « Quand vous serez bien vieille… ». Quant autroisième texte, il s’agit de « Si tu t’imagines… » de Raymond Queneau, auteur contemporain (XXème siècle) qui parodie ici les deux poèmes de Ronsard. Ces trois textes sont très éloignés dans l’Histoire comme dans la méthode d’écriture ; en effet, les poèmes de Ronsard répondent à des formes fixes ou régulières comme le sonnet et l’ode, au contraire de celui de Queneau qui ne semble pas suivre de règlesprécises, c’est un poème moderne dans le lequel l’auteur écrit en argot (par exemple : « ce que tu te goures » v.12). Nous allons démontrer que, cependant, ce sont tous des discours de persuasion amoureuse, en étudiant d’abord la forme que prend cette persuasion, puis son fond.

Tout d’abord, nous pouvons convenir que ces trois textes sont des discours ; déjà, l’« Ode à Cassandre » en est unpuisque les odes sont toujours destinées à quelqu’un. De plus, les poètes s’adressent chacun à une femme, et afin que cette dernière se sente personnellement concernée, ils emploient tous la deuxième personne : Ronsard vouvoie Hélène de Surgères (« vous serez » v.1, « direz » v.3, « votre nom » v.8) et Cassandre Salviati (« voyez » v.7, « vous me croyez » v.13, « votre jeunesse » v.16), tandis queQueneau, moins formel, tutoie la « fillette » à qui il écrit (« tu t’imagines » v.1, « tu te goures » v.10, « ton » v.15, « ta » v.16, « tes » v.17, « toi » v.31) et qui n’est pas connue du lecteur. On remarque aussi dans les trois poèmes la présence de l’auteur, qui, ainsi, manifeste sa conviction et crée un lien avec la destinataire de son discours : Ronsard est en effet très présent dans «Quand vous serez bien vieille », où il parle de lui à la première personne (« je serai » v.9, « je prendrai » v.10, « mon amour » v.12, « m’en croyez » v.13) mais aussi à la troisième personne du singulier, dans le vers 7 : « Qui au nom de Ronsard ne s’aille réveillant ». Il est un peu plus discret dans « Ode à Cassandre », où il se contente de s’inclure dans le « allons voir si la rose » (v.1) et dese manifester dans le 13ème vers : « Si vous me croyez ». Quant à Queneau, on ne le remarque que quand il montre une marque d’affection envers la fillette en lui disant « toi ma petite » v.31. Cet auteur a également introduit le langage parlé dans son texte afin de se mettre au niveau de sa destinataire ; Ronsard, lui, écrit dans un langage soutenu qui montre sa politesse et sa déférence à l’égarddes jeunes femmes à qui il s’adresse. Ce sont des éléments de persuasion, au même titre que les démonstrations relevées : « Quand vous serez bien vieille » et « Si tu t’imagines » sont des portraits de situations futures, et « Ode à Cassandre » est celui d’une rose. De plus, dans ce dernier texte, la troisième strophe commence par le mot « Donc », qui montre que Ronsard a déduit quelque chose deses observations ; ces dernières sont annoncées par le réseau lexical de la vue (« voir » v.1 et « voyez » v.7, puis les couleurs « pourpre » v.3 et « les plis de sa robe pourprée » v.5,). Tout aussi persuasifs sont les impératifs relevés à la fin de chaque texte, à savoir « cueillez, cueillez » (v.16) dans « Ode à Cassandre », « Vivez », « n’attendez » (v.13) et « cueillez » (v.14) dans «...
tracking img