Corpus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1629 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de français n° 6 c CORPUS Saint-Rémi

III. Les REGISTRES LIES AU GENRE EPIDICTIQUE (FMH 119 + glossaire ; NPF, p. 86)

(de l'adj. grec "épi-deiktikos" = démonstratif, et du verbe "épi-deiknumi" = montrer ; cf. "l'in-dex", le doigt qui montre)

D'après les Anciens, les genresoratoires sont au nombre de trois : le judiciaire, qui accuse (réquisitoire) ou défend (plaidoirie) ; le délibératif, qui conseille ou déconseille dans toutes les questions concernant la cité ; et l'épidictique, qui blâme et, le plus souvent loue soit un homme, soit une catégorie d'hommes comme les morts à la guerre, soit une cité, soit des êtres légendaires, comme Hélène.
Selon Aristote, il y a troissortes d'auditoires ; c'est la nécessité de s'y adapter qui donne à chaque genre ses traits spécifiques. Le terme "épidictique" caractérise donc un des trois genres du discours, l'éloge ou le blâme publics ; par exemple le panégyrique (discours de louange), l'oraison funèbre. (Olivier Reboul, p. 56-7)

A. Les registres de l'éloge (voir sens du mot "éloge", L.2°-Tet S, p. 476)

Catégoried'émotion : joie, admiration

1) LES FORMES DE L'ELOGE (un "éloge", terme masculin) : cf. FMH 119 ; NPF, p. 208.
Termes LAUDATIFS : Vocabulaire mélioratif, modalisateurs marquant l'admiration, amplification par l'hyperbole, le superlatif, l'intensif, les tournures emphatiques, l'exclamation enthousiaste et les formules de célébration, la métaphore ou la périphrase élogieuse, l'énumération desqualités et la négation des défauts, les comparaisons qui soulignent la supériorité dans une échelle de valeurs ...
Ex. de périphrase utilisée pour valoriser une réalité : "La Venise du Nord" au lieu de "Bruges". (B.H.)

2) Quelques définitions :
- EMPHASE : Exagération verbale, enflure, outrance dans l'expression. Par extension, l'emphase peut s'appliquer à la manifestation exagérée dessentiments eux-mêmes, et non pas simplement au langage. L'emphase caractérise souvent les discours officiels, dont la solennité réclame des tournures grandioses ou hyperboliques. (FMH 422 ; B.H.)
- Le "thuriféraire" (le "porteur d'encensoir" dans divers cultes) est quelqu'un qui "encense", flatte.
- Un texte "dithyrambique" loue, exalte avec emphase (Pt Robert) .
- Un "panégyrique" est undiscours à la louange d'une personne illustre, d'une nation, d'une cité, ou un sermon qui a pour sujet l'éloge d'un saint (Pt Robert).

B. Registres du blâme, (N.P.F., p. 87, 215)

1) LE REGISTRE SATIRIQUE (N.P.F., p. 87, 215 ; Bordas 1°, p. 518 a ; Bordas 2004, p. 130 ; Profil)

Catégories d'émotion : méfiance, désapprobation

Genre de texte qui critique en mettant en évidence les ridiculesd'un individu, d'un groupe social ou d'une institution, qui combat par la moquerie, cherche à emporter l'adhésion du lecteur en le faisant rire ou sourire.
Le satiriste prétend représenter a priori l'humanité raisonnable et sensée, le groupe social dont l'adversaire s'exclut de lui-même par son ridicule ou sa folie. Le registre satirique est proche du polémique.
Dans l'Antiquité, la satireétait un poème descriptif ou narratif à visée morale (Satires de Juvénal). Exemples en littérature française : Boileau (Satires), La Bruyère (Caractères) …

Critères d'identification :
1) Moquerie subtile.
2) Le locuteur s'attaque aux vices et/ou défauts d'un homme, d'un groupe, d'une institution.
3) Le locuteur a une intention moraliste.

Procédés : accumulation, grossissement deséléments présentés, ironie, hyperboles, nombreux éléments négatifs ...

2) Le REGISTRE POLÉMIQUE (du grec polemikos “ relatif à la guerre ”, de polemos “ combat, guerre)
(FMH 119, 426 ; N.P.F., p. 87, 215 ; FMT, p. 134-138 ; Magnard, p. 194)
Catégorie d'émotion : colère, indignation

a) Définitions
On appelle "polémique" un discours (écrit ou oral) qui a une visée agressive et...
tracking img