Corpus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (835 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans cet extrait du roman les Misérables écrit par Victor Hugo et parut en 1862, l'auteur nous présente une femme rencontrant de plus en plus de difficultés financières pour nourrir sa fille qu'elleà du confier a un couple de gens qui en quelque sorte profite de sa situation de pauvreté pour l'exploiter. On a le portrait d'une femme désespérée par sa situation, ainsi que par la maladie inventéede sa fille, Cosette. Nous allons pouvoir étudier dans un premier temps le réalisme de cette scène et pour finir nous allons étudier la façon dont l'auteur donne au texte une dimension sociale.Victor Hugo, dans cet extrait nous montre le réalisme de cette scène.
En effet pour nous montrer celle-ci, il nous décrit le logement insalubre de Fantine. Du a ses faibles revenus, elle ne peutsubvenir à ses besoins primaires, les élements indispensables à la survie: se loger, respirer, boire, manger, se protéger... « Elle n'avait plus de lit, il lui restait une loque qu'elle appelait sacouverture, un matelas à terre et une chaise dépaillée.»; On peut également s'apercevoir qu'elle ne peut subvenir ni à ses besoins secondaires qui sont se vétir, se divertir, rencontrer du monde. « Ellesortait avec des bonnets sales » ; « Elle ne raccommodait plus son linge » « Elle rapiéçait son corset, vieux et usé, avec des morceaux de calicot qui se déchiraient au moindre mouvement ». On peuts'apercevoir qu'elle est en quelque sorte seule face aux autres,« Les gens auxquels elle devait, lui faisaient « des scènes », et ne lui laissaient aucun repos », elle est de plus seule face à sa situationde pauvreté, où elle n'a personne pour l'aider, ce qui l'a rend désespérée « Elle passait des nuits à pleurer et à songer ». Alors qu'au contraire une personne dans une situation difficile devraitêtre soutenue, aidée au lieu d'être exploitée comme le font certaines personnes qui sont malhonnêtes et rusées dans cet extrait « Le fripier, qui avait repris presque tous les meubles, lui disait...
tracking img