Corpus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1972 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
QUESTION SUR CORPUS N°1

Par quelles stratégies ces scènes d’exposition cherchent-elles à capter l’attention du spectateur ?

Comme l’explique Marie-Claude Hubert dans son ouvrage Le Théâtre, dans une scène d’exposition « [l]e conflit est présenté dès le début de la pièce. » Il s’agit là évidemment d’un moyen d’éveiller immédiatement l’intérêt du spectateur. Cependant, dans lesquatre scènes d’exposition qui nous sont présentées dans ce corpus, les auteurs semblent avoir fait, dès les premiers mots, appel à d’autres stratégies pour capter l’attention du public. Nous pouvons en repérer deux principales qui, curieusement, semblent s’opposer radicalement et pourtant se côtoient parfois dans un même texte, la provocation et la séduction. Chacune de ces scènes d’expositionprovoque en effet à sa manière les spectateurs. Dans la Sottie des sots triumphans qui trompent chascun, le personnage Sotie (la reine des sots) appelle sur la scène ses sujets, les autres sots : « Sotz triumphans, sotz bruyans, sotz parfaitz, / […] Sotz de bemol, becarë et nature / Que faictes vous ? venez vous, sotz espars ? ». La pièce étant jouée, pour ce que l’on connaît de la situation desreprésentations de ce type de théâtre, sur une foire ou un marché, le texte met en place une double énonciation : en appelant les sots, Sotie appelle aussi les spectateurs à s’approcher de l’estrade sur laquelle elle se trouve. Ainsi, l’appel des sots devient un appel du public, ce qui a plusieurs conséquences : d’une part, le public est provoqué car insulté (il est traité de sots, ce qui expliquele grand nombre de sots mentionnés par Sotie), ce qui ne peut que l’intriguer, d’autre part, appartenant ainsi à la communauté des sots, les spectateurs sont intégrés à l’univers de la pièce, appartiennent à leur tour à la représentation et sont alors impliqués dans le processus théâtral. Tout le monde est sot, semble dire Sotie, et donc tout le monde a sa place sur l’espace délimité du théâtre,de la Sottie, qui devient miroir du monde. Sotie va d’ailleurs plus loin dans la provocation puisque, jouant avec les conditions de représentation (scène surélevée sur des tréteaux), elle invite les sots, et donc les spectateurs, à tout casser pour monter sur scène : « Saillez en par cet, s’il y a closture / Qui vous garde, que yssir ne puissez pas, / Abatez tout, rompez, faictes ouverture / Etacourez plus viste que le pas. » Evidemment, il s’agit là d’une plaisanterie complice avec le spectateur qui, d’une part, ne peut monter sur la scène trop élevée, d’autre part sait bien que cette invitation ne concerne que les personnages de la fiction théâtrale, que ce n’est qu’un jeu. La Sottie cherche donc par la provocation, en critiquant les spectateurs, à les impliquer dans le processusthéâtral. On trouve un phénomène rigoureusement identique dans George Dandin ou le mari confondu où Molière critique, à travers son personnage paysan, les mariages arrangés entre riches roturiers et nobles : « La noblesse […] est accompagnée de tant de mauvaises circonstances, qu’il est très bon de ne s’y point frotter. » ; « c’est notre bien seul qu’ils épousent ». La pièce de Molière étant jouée à lacour, devant un public d’aristocrates, le public est ouvertement critiqué, remis en question dans ses pratiques sociales. La provocation est évidente et, de la même manière que pour la Sottie, la scène devient un miroir où se contempler. Robert Garnier, au début d’Hippolyte, provoque lui aussi, mais d’une toute autre façon le spectateur : il s’agit avant tout de l’impressionner, voire de l’effrayer.Egée apparaît sur la scène et ses premiers mots nous indiquent immédiatement sa terrible nature : « Je sors de l’Achéron, d’où les ombres des morts / Ne ressortent jamais couvertes de leur corps ». L’Achéron étant le fleuve qui se jette dans les Enfers, Egée est donc un spectre qui se dresse devant les spectateurs, ce qui ne peut que susciter la terreur. La description qu’il donne des...
tracking img