Correctoon question de synthese

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (561 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Correction DS1

Croissance, changement social et développement

Travail préparatoire :

1/ voir la correction des autres DS

2/ Si les Emirats arabes unis enregistrent un PIB réel 22420 $(constant 2003) en PPA par habitant, le PIB réel guinéen par habitant est en revanche à peine de 2077 $. Cet écart énorme de production de richesse s’est traduit également par une disparité assezconséquente en termes de développement humain. En effet, l’IDH Guinée est de 0,466 alors que celui des Emirat arabes est de 0,849.

3/ La relation entre la croissance et la pauvreté est « indiscutable ».La croissance permet en effet le financement des programmes luttant pour éradiquer la pauvreté, l’amélioration du système de santé et la généralisation de l’éducation dans tous les coins du pays.L’amélioration du niveau de vie, l’accès aux soins et l’instruction des citoyens permettent à leur tour à soutenir et à stimuler la croissance d’une manière durable. Encore faut-il que cette croissance soitbien redistribuée ?

4/ Cette relation n’est pas toujours vérifiée au sens où un taux de croissance supérieur ne diminue pas toujours de façon décisive la pauvreté. Outre le fait que la croissancesoit durable et forte, il faut également qu’elle soit bien redistribuée de telle manière que l’ensemble de la population puisse en profiter. A titre d’illustration, on peut citer l’exemple (d’après ledocument 1) des pays comme la Chine ou encore Venezuela qui ont connu la plus forte croissance économique et une politique de redistribution ambitieuse sont ceux qui ont connu la baisse la plus fortede la pauvreté ; à l’inverse l’Afrique, avec une croissance faible voire négative et absence d’une véritable politique de redistribution, voit la pauvreté s’accroître.

5/ - En chine, entre 1990et 2000, le taux de croissance annuel moyen du PIB par habitant était de 9,2%.
- Les autorités publiques Kenyanes ont dépensé dans l’enseignement, entre 1998 et 2000, en moyenne 6,4 % de leur...
tracking img