Corriger divertissement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1557 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En quoi le divertissement est-il une conséquence du malheur des hommes ?

ANALYSE DU SUJET
Le « divertissement » occupe une place fondamentale dans la pensée pascalienne, ce qui explique qu'il fasse l'objet d'une étude approfondie dans la liasse VIII. Or le rôle qui lui est attribué par l'auteur est partiellement négatif du moins au premier abord, ce qui diffère considérablement de la valeurque nous accordons à ce terme. La définition habituelle du mot est plutôt positive : il renvoie à l'idée de distraction, se fait synonyme de fête. Chez Pascal, il est entaché d'une connotation extrêmement péjorative : il est ce qui détourne des choses sérieuses, ce qui éloigne l'homme de l'essentiel, c'est-à-dire des problèmes propres à sa condition et, partant, de Dieu. En cela, il rejoint sonétymologie : « divertere » en latin signifie « détourner, séparer ». « Divertere » indique un mouvement inverse de « convertere », le divertissement est centrifuge par rapport à ce qui fait la nature seconde de l’homme : la chute et ses conséquences, le péché et son salaire : la mort. « Convertere » est centripète par rapport à ce questionnement essentiel de l’homme de la chute sur sa conditionfaillible et sa misère comme conséquence de son péché. La conversion est ce qui ramène le pécheur à son intérêt premier : l’amour de Dieu comme seule disposition à recevoir le salut. Le sujet nous invite donc à analyser la spécificité de la conception pascalienne du divertissement, en étudiant son rôle apparent — créer du bonheur — et son rôle réel — cacher une angoisse qu'il ne cesse de révéler.PROBLÉMATIQUE
II convient de confronter l'idée que l'on se fait habituellement du divertissement avec le rôle que lui attribue Pascal. Comment et pourquoi ce qui nous apparaît comme positif — le jeu, la fête, les conversations — prend-il dans les Pensées un caractère négatif ? N'est-ce pas parce que la fonction qu'on lui attribue n'est qu'un leurre qui relève de la « vanité » ? II conviendra d'étudierd'abord l'idée de plaisir qui s'attache au divertissement, et qui renvoie à son rôle apparent, pour ensuite analyser l'angoisse humaine qu'il tente de dissimuler sans y parvenir. Enfin, on verra que le divertissement est la conséquence de la chute du péché originel qui, parce qu'il détourne l'homme de sa condition première, le sépare également de Dieu. Il est à la fois négatif et inévitable,négatif comme détournement, inévitable car il rend la vie supportable qui ne le serait pas sans lui, sauf à rentrer dans la perspective et le mouvement de la conversion.

PLAN DÉTAILLÉ Introduction
Dans la « première partie » de l'apologie pascalienne qui prévoit d'examiner selon le fragment 4 la « Misère de l'homme sans Dieu », le divertissement occupe une place centrale : en effet, alors quel'homme le conçoit comme une façon de se réjouir, il est en réalité ce qui détourne, ce qui dévoie. La « misère » en est la cause et la conséquence. En cela, il apparaît comme le symptôme le plus évident de la détresse des mortels. C'est pourquoi il convient d'analyser son rôle complexe dans les Pensées : perçu comme un instrument de plaisir et de libération de l'homme, n'est-il pas plutôt la marque desa soumission au péché ? En effet, si le but apparent du divertissement est de créer le bonheur, l'analyse de ses mécanismes révèle une angoisse qu'il tente de dissimuler. Or, cette tentative n'est-elle pas une erreur qui éloigne et sépare de la présence de Dieu
I - Le rôle apparent du divertissement : engendrer le plaisir
1. Les actions divertissantes
L'homme n'a de cesse que de se divertir.Les rapports sociaux sont fondés sur cette obsession qui caractérise le roi comme ses sujets (fr. 127) ;
Le texte décline les différentes sortes de divertissements qui engendrent apparemment le « plaisir » (fr. 36) : « la conversation », le « bruit et le remuement » (fr. 126), la chasse. La chasse et les jeux de hasard sont les deux grands passe-temps aristocratique. Pascal a été étudié les...
tracking img