Cosmétiqu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2480 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
s« Le secteur des Cosmétiques en Israël »

I Qu'est-ce qu’un cosmétique ?
On entend par "cosmétique" tout produit destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain (épiderme, systèmes pileux et capillaire, ongles, lèvres, organes génitaux externes, dents), en vue de les nettoyer, de les parfumer, d'en modifier l'aspect, de les protéger, de les maintenir en bonétat ou de corriger les odeurs corporelles
Cette définition recouvre de très nombreux produits de la vie quotidienne, qui répondent à de nombreuses attentes des consommateurs : hygiène, prévention, santé, apparence, bien être.
Le secteur des cosmétiques regroupe en effet :
• la parfumerie (au sens strict) : parfums, eaux de toilette, eaux de Cologne...
• les produits de toilette : savons, gelsdouche, déodorants, dentifrices...
• les produits capillaires : shampooings, laques, gels, mousses coiffantes, coloration...
• les cosmétiques : maquillage, crèmes de soins, produits pour bébé, crèmes solaires...
De tous les produits de grande consommation, les cosmétiques sont soumis à la réglementation la plus stricte.
II Le secteur des cosmétiques dans le monde en 2008
Le marché mondialdes cosmétiques a enregistré une croissance de 4 % au premier semestre malgré le ralentissement brutal en Europe occidentale et aux Etats-Unis.
Unilever, Procter & Gamble, Estée Lauder ou Colgate-Palmolive ont affiché des taux de croissance de leur chiffre d'affaires sur le troisième trimestre de 8 à 13 %. Unilever et Johnson & Johnson se sont même offert le luxe de relever leurs objectifs pour2008, alors que la plupart des entreprises ont annoncé des avertissements sur résultats.
Pourtant, tous les acteurs du secteur n'affichent pas une santé si insolente. Ainsi, après vingt-quatre ans d'une croissance à deux chiffres de ses bénéfices, L'Oréal, le leader mondial des cosmétiques, a annoncé qu'il ne tiendrait pas ses objectifs cette année. Certes, ce n'est pas encore la panique, mais lacroissance du bénéfice ne sera que de 7 %, contre 16 % un an plus tôt. Une nouvelle d'autant plus mauvaise que ses concurrents Unilever, Procter & Gamble ou Colgate-Palmolive font mieux au troisième trimestre.
Le géant anglo-néerlandais Unilever, a aussi décidé d'élaguer son portefeuille pour se concentrer sur ses marques les plus fortes, notamment Dove et Rexona. Depuis 2000, le nombre de marquesdétenues par Unilever est ainsi passé de 1.600 à 400. Le conglomérat, qui a déjà cédé 2,3 milliards d'euros d'actifs entre 2005 et 2006, prévoit de nouvelles cessions représentant 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires et la suppression de 20.000 emplois à l'horizon 2011. L'objectif étant d'économiser 1,5 milliard d'euros par an jusqu'en 2010.

Les consommateurs de cosmétiques sont de plus enplus sensibles aux prix
Tous les acteurs du secteur ont d'ailleurs enregistré un repli de leur activité outre-Atlantique. Ils ont fait le même constat : le consommateur fait de plus en plus attention à ce qu'il dépense.
Depuis le début de l'année, Beiersdorf, le fabricant des crèmes Nivea, a enregistré une croissance de 11,8 % de ses revenus grâce, notamment, à un positionnement tarifaireinférieur à celui de son concurrent français. Dans le haut de gamme, les ventes résistent bien, comme le montre la belle performance enregistrée par le fabricant de cosmétiques américain Estée Lauder, propriétaire des marques Estée Lauder, Clinique et Donna Karan. Le chiffre d'affaires du groupe new-yorkais a progressé de 11 % sur le premier trimestre de l'exercice fiscal qui sera clos le 30 juin 2009.Les pays émergents, derniers relais de croissance
Alors que la croissance devrait rester atone en 2009 dans le secteur des deux côtés de l'Atlantique, tous les espoirs se concentrent sur les pays émergents. Les acteurs du secteur travaillent depuis plusieurs années à l'adaptation de leurs produits aux attentes des consommateurs locaux. Résultat, Russie, Chine et Brésil sont des marchés en...