Coucou

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1388 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ecjs :
citoyenneté
et
travail

Sommaire 
1) Problématique…………………………………………………… P.3

2) Introduction……………………………………………………… P.3

3) Droit du travail et droit au travail.……………… P.4-6
* Droit du travail
* Droit au travail

4) L’accès a l’emploi……………………………………………… P.7

5) Le chômage et les mesures pour l’emploi…… P.8-9

6) Conclusion…………………………………………………………P.10

Sources des documents

1) Problématique :
« Les citoyens avec ou sans travail peuvent-ils avoir des droits ? »

2)Introduction :
De nos jours, un citoyen est une personne qui relève de la protection et de l'autorité d'un Etat, dont il est un ressortissant. Il bénéficie des droits civiques et politiques et doit accomplir des devoirs envers l'Etat (ex : payer les impôts, respecter leslois, remplir ses devoirs militaires, être juré de Cour d'assises...).
Le droit au travail participe à la dignité de l’être humain.
Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi.
Tout d’abord nous verrons ce qu’est le Droit du travail et le droit au travail. Puis nous parlerons de l’accès à l’emploi. Nous finirons par aborder le chômage et les mesures pour l’emploi.

3)Droit du travail et droit au travail :
Droit du travail :

Les pouvoirs publics ont peu à peu reconnu certains droits aux travailleurs.
La première date importante est 1841 avec le vote d’une loi interdisant l’embauche d’enfants de moins de huit ans.

L’année 1864 marque une étape sur le plan des droits collectifs : la grève cesse d’être un délit, même si elle peut encore justifier unlicenciement.

L’année 1874 est importante à deux titres : d’une part, une loi limitant la durée du travail des femmes et des enfants est votée, d’autre part, l’Inspection du travail est créée.
Les syndicats sont reconnus en 1884.
En 1936, avec le Front populaire, une grande étape est franchie : limitation à 40 heures hebdomadaires de la durée du travail, octroi à tous les salariés de 15 jours decongés payés.
En 1945 sont créés les comités d’entreprise qui, outre la gestion d’œuvres sociales et culturelles au profit des salariés et de leurs familles (spectacles, colonies de vacances…), permettent à des représentants des travailleurs d’être informés sur le fonctionnement et les résultats de l’entreprise.
Le préambule de la constitution de 1946 reconnaît le droit à la santé, le droit à laprotection sociale, le droit d’adhérer au Syndicat (Association de personnes dont le but est de défendre les droits et les intérêts sociaux, économiques et professionnels de ses adhérents).

Au cours des années 1960, la quatrième semaine de congés payés se généralise puis ensuite dans les années 80, une cinquième semaine de congés payés est acceptée.
Puis la durée hebdomadaire du travail estmodifié, de 39 H ont passe a 35 H comme le montre les documents suivants :

Les enfants travailleurs :
En pratique, parmi les enfants travailleurs, on distingue le travail  acceptable (léger, s’intégrant dans l’éducation de l’enfant et dans la vie familiale, permettant la scolarisation) et le travail inacceptable (trop longtemps, trop jeune, trop dangereux) ; c’est ce dernier que recouvregénéralement la notion de « travail des enfants ». On estime qu’environ 350 millions d’enfants sont concernés dans le monde , plus de 8 millions se trouvent dans une des pires formes de travail des enfants : enfants soldats, prostitution, pornographie, travail forcé, trafics et activités illicites.
Droit au travail :
Selon la constitution du 27 octobre 1946 "Chacun a le devoir de travailler et le droitd’obtenir un emploi" (art. 5).
Les créations du SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) par la loi du 11 février 1950, puis du SMIC (salaire minimum interprofessionnel de croissance) par la loi du 2 janvier 1973, de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) par une ordonnance du 13 juillet 1967, du revenu minimum d’insertion (RMI) par la loi du 1 er décembre 1988 et du revenu minimum...
tracking img