Cour philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2895 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La justice est-elle la charité du sage ?

Que l'on parle de la justice comme institution collective ou comme la vertu de l'homme juste, ce terme implique toujours l'idée une rigueur rationnelle. Un homme juste, c'est un sage, presque un sait, qui observe tous ses devoirs, sans compromission ni défaillance. Quand la raison s'applique aux sciences, son idéal est objectivité, la justesse. La mêmeexigence se nomme justice quand elle concerne les actes. Rectitude, droiture, définissent une ligne géométrique, mais aussi la conduite de l'homme juste. Néanmoins, la conduite de l'homme juste, celui qui agit avec justice, revêt une dimension morale A ce titre, Leibniz définit, dans son Codex juris gratium diplomaticus, la justice comme « la charité du sage ». D'emblée, cette définition fait dela justice une vertu qui dépasse le simple respect des devoirs ou la simple conservation d'un ordre social donné. La

charité, en tant que justice, revêt la forme de l'amour, la caritas, et se propose de prendre autrui pour fin, de lui faire du bien à travers une action fondée en raison, guidée par la sagesse. La justice action fondée en raison. Cette définition de la justice fait toutefoisproblème. Poser la justice comme « charité du sage », c'est faire de celle-ci une vertu personnelle, celle du sage, ayant pour condition un sentiment, donc quelque chose de subjectif et de particulier contraire aux critères de l'action raisonnable. Comment penser alors la présence de cette vertu personnelle au sein de la pluralité humaine ?Peut-on penser une charité publique qui permettrait de régulerles rapports sociaux? est donc définie comme une bienveillance désintéressée qui vise le bien d'autrui à travers une

cette définition de la justice donnée par Leibniz. Dans sa Lettre à Arnauld du 23 mars 1690, Leibniz écrit : « Que la charité est une bienveillance universelle, dont le sage dispense exécution conformément aux mesures de la raison, afin d'obtenir le plus grand bien. Et que lasagesse est la science de la félicité ou des moyens de parvenir au contentement durable, qui consiste dans un acheminement continuel à une plus grande perfection ». On peut remarquer que cet amour à l'œuvre dans la charité est éclairé par la raison, une raison qui nous guide vers un état stable et durable, la félicité. La félicité est un sentiment qui intéresse l'âme toute entière et consiste en unplaisir continuel qui ne cesse de se diriger vers une plus grande perfection.. Ainsi, la justice consiste à aimer et à toujours accroitre cet amour fondé rationnellement. On peut d'ores et déjà remarquer que la justice définie comme « charité du sage » se place sous le signe d'une double perfection : la sagesse est la perfection de la raison et la charité implique une perfection de la volonté. Lajustice est donc amour de la perfection d'autrui, amour qui est réglé et guidé par la

Définir la justice comme « charité du sage » nous mène dans un premier temps à examiner

sagesse, c'est-à-dire la perfection de l'esprit. C'est précisément cette notion de perfection qui permet à Leibniz de faire de la justice une

vertu éminente. Sa définition de la justice s'inscrit dans l'horizon de latranscendance divine en ce tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit : voilà le plus grand et le premier

qu'elle répond au commandement de la parole de l'Évangile «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de commandement. Le second lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi même. A ces

deux commandements se rattache toute la loi » (Évangile selon Saint Matthieu, XXII, 37-40).L'amour à l'œuvre dans la charité est donc fondé en raison par la connaissance que l'on a de Dieu et ce savoir mène à l'aimer, lui et ses créatures. La création divine, par sa perfection et la connaissance que l'on en a, provoque l'amour pour toutes les créatures. Comme l'écrit Leibniz dans ses Principes de la Nature et de la Grâce , notre esprit fini ne peut connaître toutes les

perfections...
tracking img