Cour

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 41 (10058 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CORRIGE TYPE
Matière : Devoir n° : FR10 04

Epreuve de recette du : 21/05/10
7FR10CTPA0410

statut: 81

Objet d’étude : L’argumentation : convaincre, persuader et délibérer.
Questions (4 points)
1. Les textes du corpus appartiennent à des genres distincts. Identifiez le genre de chacun d’entre eux, puis montrez en quoi ils illustrent cependant le même thème et poursuivent la mêmefinalité. (2 points)
Les textes du corpus s’inscrivent dans des genres variés : ceux de La Fontaine et de Prévert sont des poèmes, comme l’atteste dès le premier coup d’œil la disposition en vers. L’un est une fable classique, avec des animaux mis en scène et une morale finale, l’autre s’apparente davantage au conte, des personnages typés évoluant dans un monde irréel et exotique. En revanche, lestextes C et D sont eux des extraits de romans, un long monologue pour celui de Camus, une alternance de dialogue et de récit chez R. Lewis. Nous pouvons donc nous demander ce que ces textes ont en commun. Cependant, tous relèvent, tout d’abord, de la même forme de discours : la narration. En effet, chacun d’entre eux est un récit : anecdote complète, avec un début et une fin, dans « Les Animauxmalades de la peste » et « Le Sultan ». Dénouement du roman dans Pourquoi j’ai mangé mon père, le passage retenu illustrant justement le titre. Même l’extrait de La Peste, qui est pourtant un long passage de discours direct (voir les guillemets), est narratif : nous avons là un récit dans le récit, puisqu’un personnage relate un événement marquant de sa jeunesse. Or ces textes racontent tous une ou des(chez Prévert) mises à mort. Par conséquent, le corpus s’organise de surcroît autour d’un thème commun à tous les textes : celui de la justice, ou de son absence. La présence de ce thème est flagrante pour les textes de La Fontaine et Camus, car on trouve dans l’un comme dans l’autre un important champ lexical à ce sujet : « le plus coupable » (v. 18), « […] s’accuse… / selon toute justice / Quele plus coupable périsse. » (v. 31-33), « Les moins pardonnables offenses. » (v. 46), « nul droit » (v. 54), « Un Loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue » (v. 56), « Sa peccadille fut jugée un cas pendable. » (v. 59), « crime » (v. 60), « expier son forfait » (v. 62), et enfin « Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » (v. 64) chez La Fontaine. De même, dans La Peste, les mots« honnête homme » (l. 2), « cour d’assises » (l. 6), « tribunal » (l.15), « coupable » (l. 19), « inculpé » (l. 31) ou « prévenu » (l. 34) et « réquisitoire » (l. 38) font clairement référence au fonctionnement de la justice contemporaine. En ce qui concerne Prévert et R. Lewis, le thème n’est pas aussi explicite mais n’en demeure pas moins central. Chez le premier, c’est l’absence de justice quifrappe, et ce dès le tout début du poème : « Le jour il fait tuer un tas de monde ». C’est donc l’injustice - la cruauté du sultan s’avérant parfaitement arbitraire, comme le souligne plus loin la longue énumération de ses victimes - qui est au cœur du texte. Quant à R. Lewis, l’humour ne doit pas masquer la nature exacte du dénouement : le narrateur et son frère exécutent purement et simplementleur père. Pourtant, même chez ces hommes préhistoriques, l’idée de
Cned – 7FR10CTPA0410

1/11

justice n’est pas radicalement absente. En effet, il leur paraît nécessaire de maquiller le meurtre en accident : « Alors, dis-je, il faut qu’au prochain tir d’essai il se produise un accident. », « Mais quand ce fut mon tour, quelque chose dut se détraquer, … ». De plus, ils souhaitent se donnerbonne conscience et présentent à cette fin leur acte comme moralement juste, soit en invoquant l’intérêt général (l’invention de leur père est dangereuse), soit en prétextant lui rendre un fier service (« C’est un vieil homme, à présent et, de toute manière, il n’en a plus pour bien longtemps [.] Je t’assure, même pour lui, c’est une grâce à lui faire. Il sera beaucoup plus heureux dans l’autre...
tracking img