Cour2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (309 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
D’Augustin Cochin à Joseph de Maistre, d’Edmund Burke à Karl Marx, de Hannah
Arendt à Michel Villey, la plupart des critiques de l’idéologie des droits de l’homme en
ont dénoncél’universalisme et l’égalitarisme abstrait. Ils ont également fait remarquer
qu’en dépouillant de toutes ses caractéristiques concrètes l’homme dont elle
proclame les droits,cette idéologie risquait d’aboutir au nivellement et à
l’uniformisation. Si l’on admet que l’affirmation des droits de l’homme vise au premier
chef à garantir l’autonomie desindividus, on comprend du même coup qu’il y a là une
contradiction.
L’abstraction des droits de l’homme est ce qui menace le plus de les rendre
inopérants. La raison principale en estqu’il est contradictoire d’affirmer à la fois la
valeur absolue de l’individu et l’égalité des individus dans le sens d’une identité
foncière. Si tous les hommes se valent, s’ils sonttous fondamentalement les mêmes,
s’ils sont tous « des hommes comme les autres », loin que puisse être reconnue la
personnalité unique de chacun d’entre eux, ils apparaîtront,non pas comme
irremplaçables, mais au contraire comme interchangeables. Ne se distinguant plus
par leurs qualités particulières, seule leur plus ou moins grande quantité fera ladifférence. L’équivalence abstraite, en d’autres termes, contredit nécessairement la
proclamation de l’absolue singularité des sujets : aucun homme ne peut être à la fois
« unique »et foncièrement identique à tout autre. Inversement, on ne peut affirmer la
valeur unique d’un individu tout en tenant pour indifférentes ses caractéristiques
personnelles,c’est-à-dire sans spécifier ce qui le rend différent des autres. Un
monde où tous se valent n’est pas un monde où « rien ne vaut une vie », mais un
monde où une vie ne vaut rien.
tracking img