Cours ci

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8053 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Techniques de commerce international
Introduction : L’environnement international

1. Le contexte international
Les opérations de commerces internationales, ont inclus les opérations d’échanges de biens, de sous-traitances, d’investissements à l’étranger, les transferts de savoir faire ( grand nombres de services : financiers, assurances). Le commerce international connait une véritableexplosion depuis des décennies. Il est en grande partie concerné par les ventes de marchandises (80% commerce mondial), à l’intérieur de ces marchandises la part des biens manufacturés est très importante. Concernant les services, la majeure partie est liée aux opérations de transports de marchandises, même si les autres activités de service ont tendances à se développer (assistance technique, desavoir faire…) mais restent minoritaires .L’Europe représente 40% du commerce mondial, l’Asie à une part nettement croissante depuis l’ouverture de la Chine (30% du commerce mondial), l’Amérique de l’ordre de 20% (15% Amérique du nord).
La croissance mondiale est beaucoup plus forte que la croissance des PIB internationaux.
Sur le plan géographique, un certains nombre d’accords régionaux setraduisent par des zones économiques privilégiées (accords régionaux : ALENA, MERCOSUR) Ils sont de différentes natures : de façon économique pour favoriser les investissements économiques, ou faciliter les échanges de marchandises en simplifiant les procédures de passages de frontières

2. Les principaux facteurs
Les entreprises cherchent à étendre leurs marchés car les marchés nationauxdeviennent saturés. Les investissements étrangers assurent des débouchés. On a une recherche de réduction de coût, recherche d’approvisionnement à moindre coût. Chercher à maitriser les approvisionnements. S’implanter à l’étranger permet de s’assurer de l’approvisionnement.
Au niveau technologique de nombreuses techniques ont permis cette internationalisation : les moyens de transports, etcontainers. Les techniques de l’information qui permettent de faciliter les opérations avec des opérateurs à grande distance. Le cadre des évolutions institutionnelles s’est amélioré : émergences d’accords régionaux, créations d’institutions internationales stables qui ont favorisées la libéralisation des échanges. L’OMC créée en 1995 et les conventions internationales en matière de transport, propriétéintellectuelle et en matière de vente de marchandise.
Les politiques nationales ont apportées leur soutien aux entreprises. Création des DRCE pour déterminer la capacité des entreprises à s’internationaliser. La COFACE, organisme privé a une délégation de services publics pour gérer les dispositifs d’assurance à l’exportation. On a également les chambres de commerces nationales et étrangères quiservent de relais pour les entreprises. On retrouve les syndicats professionnels qui sont utiles pour lier des contacts, sur le plan information.

3. Les caractéristiques/spécificités des opérations de commerce international
Cela tient aux différences logistiques et de culture et de système aussi bien juridique, économique que politique. Cela représente des sources de risques et de danger àsurmonter. D’autre part les opérateurs qui s’engagent, s’y engagent par des opérations importantes. Cette situation provoque un besoin de compétence en interne pour ces opérateurs au niveau logistique, financier, commercial, juridique et en terme managérial.
Au niveau commercial les différences principales tiennent au fait que les opérateurs ont à cibler une clientèle à l’étranger. Sur le plancommercial, l’offre de l’entreprise doit plus ou moins être adaptée. Ces adaptations doivent être coopératives. On a une concurrence à la fois locale et étrangère.
Au niveau juridique, international, il n’existe pas de droit international. Le contrat à l’international doit faire référence à un droit. En cas de litige la question se pose de savoir qui jugera le problème. Il y a également un...
tracking img