Cours conscience

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4059 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CONSCIENCE, SUJET, INCONSCIENT.

INTRODUCTION.
Le devoir, qu’il soit juridique ou moral, ne concerne que des êtres qui savent ce qu’ils ont à faire et pourquoi ils sont tenus de le faire bien qu’ils puissent vouloir s’y soustraire. Le devoir suppose conscience et réflexion. Etymologiquement, la conscience désigne le savoir qui accompagne nos impressions, actions, volonté. Etre conscientc’est sentir, agir, penser et savoir que l’on sent, que l’on agit et que l’on pense. C’est être présent au monde et à soi même. La conscience correspond à l’état d’éveil.
On distingue traditionnellement la conscience spontanée, simple rapport au monde, et la conscience réfléchie, où il y a un retour sur soi. La notion de sujet, l’être qui dit « je », corresponds à l’esprit réfléchit qui est capable dese distinguer du monde extérieur. Cette conscience du monde et de soi même est ce que l’on appelle la conscience psychologique. ∆ Le terme de conscience a d’abord désigné le sens moral. C’est la lumière intérieure par laquelle l’homme se rend témoignage à lui-même du bien et du mal qu’il fait.
La conscience, l’inconscient et le sujet sont des aspects de l’être psychique. Cette activité psychiqueest liée à des mécanismes physiques et chimiques du système nerveux. Pour autant, le psychisme n’est pas réductible à ces mécanismes : il n’est pas l’équivalent du cerveau.
Au XVIIe, DESCARTES a identifié le psychisme à l’âme immatérielle, à la conscience qui est unifiée dans le moi.
 Cette identification n’est t- elle pas une illusion ? Qu’est ce que le moi ? La conscience est elle souveraine? La psychanalyse depuis FREUD considère que le psychisme n’est pas unitaire : il y a du conscient et de l’inconscient. Dès lors, ne faut-il pas envisager notre vie psychique comme « une dialectique du moi et de l’inconscient » (JUNG), comme un jeu dynamique au cours duquel l’être conscient et son inconscient s’affrontent et se concilient dans un processus créateur ?

I/ LA CONSCIENCE DEFINIEEN TERMES DE MEMOIRE ET DE DUREE.
BERGSON, Matière et mémoires, L’âme et le corps.
 La conscience est coextensive à la vie (= elle coïncide avec elle) donc la conscience a rapport avec la biologie mais elle n’est pas un phénomène purement biologique, elle n’est pas du domaine de l’instinct. Au contraire, la conscience se manifeste par notre volonté à choisir. Le choix s’oppose aux comportementsinstinctifs ou à une conduite automatique. Dans le comportement animal le plus simple, il y a selon Bergson, un rudiment de choix, donc un rudiment de conscience : donc une trace de liberté. (=zoo conscience.)
A) INFINITE DU DESIR.
 C’est la vie intérieure, une réalité intime que, selon Bergson, nous ne pouvons saisir que par l’intérieur, c'est-à-dire par intuition. C’est la vie du moi dansl’originalité de sa durée : par l’expérience immédiate, nous saisissons une relation entre notre corps et quelque chose que l’on appelle le moi.
 Le corps est confiné au moment présent, il est limité à sa place dans l’espace. En revanche, le moi qui lui est joint déborde son corps de toute part : le moi peut se souvenir, anticiper : liberté que le corps n’a pas. Le moi (= la conscience = l’âme =l’esprit.) consiste dans la durée. ∆ Bergson affirme que le temps n’est pas l’espace ; c’est l’expérience de la nouveauté. La notion de durée articule l’expérience de la nouveauté à celle de la continuité.
B) LA DUREE EST CONTINUE, INDIVISIBLE, HETEROGENE (= DANS LE CHANGEMENT).

 Exister c’est changer sans cesse pour Bergson. Notre durée est un mouvement continu de sensations, de pensées, desentiments : une succession ininterrompue de représentations. Chacun d’eux ne cessent de changer, de se modifier d’où l’impossibilité ou la difficulté du langage à exprimer ces états d’âmes dans leur réalité mouvante.
 La conscience n’est pas un assemblage mécanique de fonctions, sa continuité n’est pas une juxtaposition. On ne doit pas se la représenter comme on se représente habituellement...
tracking img