Cours croissance écologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1237 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Empreinte écologique mesure la pression que nous exerçons sur les ressources naturelles. Cet indicateur porte uniquement sur les ressources renouvelables.

L’emprunte écologique d’un français et de 5,3 hectares et pour un américain 9,7 hectares. Si tout les habitants de la planète avait le même modèle de consommation que les américains il faudrait 5 planètes comme la Terre.

Ecologie etinégalité :

Les systèmes économiques, écologiques et politiques entretiennent des liens étroits interdépendants.
D’après l’économiste Eloi Laurent l’ambition de l’écologie politique est de permettre au plus grand nombre d’accéder au développement humain de manière durable.

Pauvreté et environnement.
Les inégalités de développement humain augmente les dégradations de l’environnement.
D’aprèsl’économiste Partha Dasgupta il y a une pluralité de facteurs :
-faute d’accès au capital physique ou au capital humain. La pauvreté conduit à exploiter pour vivre, le capital humain qui se trouve à porter de main.
La déficience des pouvoirs publics CAD une mauvaise gouvernance conduit les pays pauvres à brader le droit d’exploiter leurs ressources naturelles aux entreprises étrangères avec desconséquences désastreuses.
-les inégalités de développement humain exposent les populations des pays pauvres à des conséquences aggravés suite à des catastrophes environnementales. La pauvreté conduit dans ce pays a importé des déchets toxiques pour se procurer des capitaux financiers.
-l’adoption par les pays pauvres du modèle occidentale de croissance porte atteinte à l’environnement.Une réponse aux défis environnementaux : la thèse de la décroissance : présentation et limites.
Les sociétés occidentales puisent dans les ressources naturelles de la planète un patrimoine commun sans tenir compte du temps nécessaire à leur renouvellement. Notre modèle économique fondé sur la croissance induit de plus en plus une augmentation des prélèvements des ressources pour satisfaire leconsommateur. On observe de plus en plus une consommation en compétition accru pour l’accès au matières premières. L’exemple emblématique est la Chine aujourd’hui qui achève de plus en plus des terres cultivables notamment en Afrique ce qui remet en cause l’indépendance de certains pays.

Depuis une dizaine d’années on parle de plus en plus de la décroissance.

Présentation de la thèse de ladécroissance : Les partisans de la décroissance est réactive du productive. Course effrénée à la production et à la recherche de la rentabilité. En France ce courant est représenté par l’économiste Serge Latouche.

La thèse des partisans radicaux de la décroissance :

*Diminuer la publicité: la publicité induit fortement la consommation.
*La sortie progressive des énergies fossiles.
*La sortieprogressive de l’automobile et de sa civilisation.
*L’instauration progressive d’un revenu maximum.
*L’éco taxe

Rq : ces partisans de la décroissance sont septique à l’égard des innovations et des progrès techniques qui serait de nature de réduire la pollution.
Facteur explicatif : les bénéfices résultant des innovations : des progrès techniques. Ces bénéfices sont absorbés par ce qu’ilsappellent l’effet rebond.

La thèse réformistes des partisans de la décroissance :

*éliminer progressivement le recours aux énergies fossiles
*répartir les efforts entre riches et pauvres et générations présentes et futur afin de rendre le Coût supportable.
*opérer une décroissance très forte de certains secteurs d’activités.
*une croissance rapide d’autres activités économiques.
*Laconsommation de certains biens et services devraient être éliminé ou alors fortement limité.
*réduire fortement la consommation des matières premières en consommant mieux les produits en organisant systématiquement le recyclage mais cela suppose un coût d’investissement colossal.

Les limites de l’agir local.
Le mot d’ordre écologique c’est de penser globale et d’agir locale. Face aux défis...