Cours de droit constitutionnel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2513 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
 De l'enfant sauvage à l'autisme > Comprendre
Entre démocratie et autoritarisme vers des régimes hybrides ?
Lydie Fournier
Les démocraties modernes ne sont pas idéales : des pratiques autoritaires et élitistes persistent et provoquent la désaffection des citoyens.
A l’inverse, les régimes autoritaires actuels s’accommodent de certaines règles démocratiques. Dans un monde où les rapports depouvoir et d’autorité sont de plus en plus complexes, assiste-t-on à l’émergence de régimes hybrides ?
Depuis Aristote et Montesquieu, nombre de théoriciens politiques ont cherché à classer les régimes politiques selon des échelles souvent très minutieuses. Au gré des époques, les penseurs ont ainsi catégorisé la république, la démocratie, la monarchie, l’autocratie, la tyrannie, le despotisme ouencore le totalitarisme. La pensée politique moderne s’est, elle, attachée à mettre en exergue ce qui distinguait les régimes démocratiques, d’une part, des régimes autoritaires et totalitaires, de l’autre.
En 1965, Raymond Aron procède à une étude comparée des États démocratiques et des États totalitaires à partir d’une analyse des institutions politiques qui se développent dans les sociétés depart et d’autre du rideau de fer. Il isole alors une variable principale permettant de distinguer le totalitarisme de la démocratie : la pluralité des partis politiques. Il oppose ainsi deux idéaux-types : les régimes de partis multiples, d’une part, et les régimes de parti monopolistique, potentiellement despotiques, de l’autre.
En 1975, c’est aussi sur ce critère du pluralisme politique que lepolitologue Juan J. Linz fait reposer sa théorie des régimes modernes, élaborée cette fois sur un mode ternaire. Dans son ouvrage Régimes totalitaires et autoritaires (Armand Colin, 2007), l’auteur différencie autoritarisme, totalitarisme et démocratie. Pour lui, l’autoritarisme repose sur « un pluralisme politique limité », tandis que le totalitarisme se caractérise par une négation complète dupluralisme et un monopole idéologique selon lequel seul le parti détiendrait la vérité. Le régime démocratique, quant à lui, consiste en l’organisation d’une expression politique libre et pluraliste. Ainsi, les autoritarismes ont communément été distingués des gouvernements démocratiques par « la fermeture des lieux de décision, les entraves à la libre expression des idées et intérêts concurrents,et l’absence d’élections compétitives libres et honnêtes (1). »
 
Le brouillage des repères
Mais aujourd’hui – à l’ère du posttotalitarisme et de la démocratisation –, aucune de ces typologies des régimes politiques ne parvient à s’imposer et à structurer l’analyse en science politique. Nous assistons plutôt à un brouillage des repères relatifs à la distinction entre ces deux grands types derégimes. Alors que la démocratie est aujourd’hui un modèle de régime vers lequel tendent la plupart des sociétés, dans le même temps, les démocraties modernes sont en but à de nombreux défis et mises en cause : faible représentativité des élites au pouvoir, poids des lobbies économiques dans les décisions politiques, justice à deux vitesses, etc. Ces sentiments d’un déficit démocratique génèrent untaux d’abstention électorale élevé, ou encore une désaffection généralisée vis-à-vis des partis politiques ou des syndicats. A l’inverse, sous la pression des opinions publiques et des bailleurs de fonds internationaux, de plus en plus de régimes autoritaires intègrent des pratiques propres aux systèmes démocratiques, par la tenue régulière d’élections et l’intégration dans le jeu politiqued’acteurs issus de la société civile. De plus, à l’heure d’Internet, la manipulation des médias et de l’opinion publique est rendue plus difficile de la part de régimes jusque-là peu scrupuleux. Plus soucieux d’offrir une image empreinte de tolérance et de modération, ils sont contraints de donner des gages d’ouverture démocratique aux acteurs nationaux et internationaux.
 
L’avènement des régimes...
tracking img