Cours de droit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (323 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
PARTIE FANCAIS

La vie de Paul Eluard (Eugène Grindel)

1ère rencontre :
Au cours d'un voyage autour du monde, il fit la rencontre de Maria Benz (Nusch), qui devint sa muse et quilui inspira certains de ses plus beaux poèmes d'amour

En Suisse, au sanatorium de Davos, il rencontre une jeune russe Helena Diakonova qu'il surnomme Gala. Il l'épouse le 21 février1917. Son impétuosité, son esprit de décision, sa grande culture impressionnent le jeune Éluard qui prend avec elle son premier élan de poésie amoureuse, un élan qui se prolongera danstous ses écrits. Elle dessine son profil, et il ajoute à la main : « Je suis votre disciple. » Ils lisent ensemble les poèmes de Gérard de Nerval, Charles Baudelaire, Lautréamont etGuillaume Apollinaire. Le 11 mai 1918, il écrit à l'un de ses amis : « J'ai assisté à l'arrivée au monde, très simplement, d'une belle petite fille, Cécile, ma fille. »

2ème rencontre :
En1928, malade, il repart dans un sanatorium avec Gala, où ils passeront ensemble leur dernier hiver. C'est à ce moment que Gala rencontre Salvador Dali, que Paul Éluard fait laconnaissance de Nusch. Il dit à Gala : « Ta chevelure glisse dans l'abîme qui justifie notre éloignement. »
Les années 1931-1935 comptent parmi les plus heureuses de sa vie. Marié avec Nusch en1934, il voit en elle l'incarnation même de la femme, compagne et complice, sensuelle et fière, sensible et fidèle.

Pour lui, l’amour est la grande force révolutionnaire, souligne JacquesGaucheron.
Il l’approfondit sans cesse, du désir le plus charnel à l’érotisme et jusqu’à cette ouverture au monde qu’est l’amour. Passer de "je" à "tu", c’est passer à "nous", au "nous"le plus vaste. L’amour, par nécessité intérieure, donne à voir, donne à vivre, donne à vouloir un monde sans mutilation, s’épanouirait en investissant toutes les dimensions humaines.
tracking img