Cours droit science politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 85 (21063 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SCIENCE POLITIQUE

1- L’extension du droit de suffrage en Europe occidentale

2- L’apprentissage électoral

3- L’autonomisation de la pratique électorale

4- L’opinion publique

5- Comment naissent les partis politiques ?

6- Les familles de la gauche européenne : caractéristiques et mutations

7- Les nouveaux courants politiques en Europe occidentale

8- Le système partisan

9-L’abstentionnisme en Europe occidentale

10- Les déterminants sociaux de l’orientation du vote (vote sur clivage)

11- Les modèles de conflictualité sociale et leur mutation en Europe occidentale

12- Les modalités des nouveaux mouvements sociaux

13- Les mutations de l’approche des structures du pouvoir démocratique

14- La fermeture du milieu décisionnel

15- La captation de lareprésentation

16- Les grandes transformations des politiques sociales et économiques

17- Les élections changent-elles les politiques engagées ?

18- Les modalités de résolution du conflit en démocratie (interne/externe)

19- Le processus de pacification du maintien de l’ordre public en Europe occidentale

20- Les nouvelles formes de citoyenneté

21- L’intégration partisane

22- Lanature des crises politiques

L’extension du droit de suffrage en Europe occidentale

L’extension du droit de suffrage a obéi à des lois très variées : diverses et chaotiques. Le penseur classique Stein Rokkan a distingué deux modes de propagation : le modèle anglais et le modèle français.

Le modèle anglais correspond à une extension du droit de suffrage
lente et progressive, le« progressive improvement ». Ce modèle est typique des pays qui ont connu une consolidation territoriale précoce et une continuité des organes représentatifs.

Le modèle français est chaotique avec plusieurs retours en arrière et quelques avancées. Le suffrage universel a été introduit de façon abrupte mais plusieurs limites ont été dressés rapidement : territoriales, juridiques… Le modèle français est leplus répandu en Europe, il est caractéristique des Etats qui ont connu une discontinuité dans les organes représentatifs et une consolidation territoriale tardive.

On s’aperçoit qu’il y a un double mouvement contraire à l’extension du droit de vote qui se fait au détriment de certaines catégories sociales qui vont être écartées de cette progression. La principale exclusion concerne les femmes :il existe un siècle de décalage. Le pouvoir politique entendait protéger la société. Ce retard s’explique par trois facteurs : le facteur politique, les élites craignaient l’influence de l’Eglise qui avait une ascendance sur les femmes et son pseudo-conservatisme ; le facteur historique, la femme a toujours été exclue de la sphère politique, depuis l’époque franque elle ne peut pas hérité laCouronne, elle n’avait qu’un rôle social (mère, épouse…) ; le facteur culturel, en Angleterre, la femme avait une identité propre, mais en France, cette revendication est impossible, elle n’a aucune dimension individuelle et ce, jusqu’en 1944.

L’universalisation du droit de vote ne signifie pas égalisation du droit de vote.

L’apprentissage électoral

La participation électorale n’allait pas desoi. Les partisans de la démocratie ont considéré que les citoyens allaient s’emparer de leurs droits en allant voter. Cependant, on s’aperçoit que cela ne fut pas le cas ; par question d’habitude, ils ont été écartés pendant plusieurs siècles de la sphère politique. Il a fallu, donc, d’abord politiser le peuple, il fallait que le citoyen ait le sentiment que sa voix comptait.

1) Lesdifférentes formes d’apprentissage
Il fallait tout d’abord se familiariser avec le vote. On a donc instauré un certain nombre de consultation électorale pour intéresser les citoyens à la vie politique. Le niveau local avait une importance primordiale. Une loi de 1831 instaurait le vote des conseillers municipaux au lieu de leur nomination : trois millions d’électeurs avaient la possibilité de...