Cours eco tc1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2103 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Grands courants de la pensée économique

Pensée économique qui est annexe et qui influence d’autres pensées aux IVème siècles avant JC. Aristote le développe avec de très lourdes conséquences sur la théorie de l’époque car il va condamner les taux d’intérêts, les prêts salariés et le commerce.
XVIème siècle, la pensée économique va se développer et l’on quitte le domaine de la famille pour seconsacrer aux pays.

Les précurseurs

1 Le mercantilisme

La richesse des nations est l’enrichissement monétaire et commercial. Le mercantilisme est la justification du rôle des marchands qui, jusque là, sont tenus en suspicion par l’Eglise et méprisé par l’aristocrate. Il cherche à démontrer que la puissance du roi repose sur la disponibilité de métaux précieux (marchands). Si lesmarchandes sont riches ils pourront plus payer l’Etat royale qui a son tour sera plus riche.
Les économistes suggèrent qu’il existe différents courants :
- le mercantilisme espagnol : accroître le stock de métaux précieux grâce aux mines des colonies.
- Le mercantilisme anglais : exporter le plus possible aux prix les plus élevés, et importer le moins possible aux prix le plus faible ce quiamène un excédant commercial.
- Le mercantilisme français : être industrieux et développer l’activité manufacturière. Les importations doivent se limiter aux matières tandis qu’il est possible d’exporter des produits manufacturés dont le prix est plus élevé.

Analyse novatrice qui permet de poser la question de la cause de l‘enrichissement qui constitues toujours un fonctionnement de larecherche économique.

La physiocratie (gouvernement de la nature)

L’école physiocrate française (Quesnay, Turgot) est à l’opposé du mercantilisme, s’élève contre la politique qui délaisse l’agriculture pour ne songer qu’à stimuler l’industrie et le commerce.
Pour eux le commerce et l’industrie sont la pourcc transformer les richesses, alors que la seule activité productive estl’agriculture.
Quesnay préconise la liberté du commerce, c’est le « bon prix » qui assure des recettes raisonnables, donc les profits qui pourront être reversé aux propriétaires fonciers.
Quesnay propose la valeur ajoutée, un tableau économique qui introduit l’idée de circuit économique. Tentative de comptabilité nationale en représentant la circulation des flux réel et monétaires c’est une visiondynamique.
Il met en évidence le fait que par le jeu des échanges, les dépenses des uns constituent les gains des autres.

Les classiques

Avec la révolution industrielle et l’essor du capitalisme c’est un nouveau courant de pensée économique.
Les représentants :
- Adam Smith 1723-1790
- David Ricardo 1772-1823
- Thomas Malthus 1766-1834
- J. Batiste Say 1767-1832
- J.Stuart Mill 1806-1873

Leurs idées :
- la division du travail : A. Smith démontre que la productivité permet d’accroître la richesse des nations et le bien être économique (ex : manufacture d’épingle).
- La main invisible : A. Smith estime qu’une force extérieure au marché incite chaque individu cherchant à satisfaire ses intérêts particuliers à satisfaire l’intérêt général (optimumcollectif).
- La loi des débouchés : J.-B. Say dit que « l’offre crée sa propre demande ». Toute production de bien entraîne la distribution du coût des facteurs c'est-à-dire des moyens nécessaires à leur acquisition. Les crises de surproduction sont impossibles.
- Libre –échange et libéralisme économique : A. Smith justifie le libre échange par la loi des avantages absolues et D. Ricardo parla loi de l’avantage comparatif. Le commerce international est favorable à tous les pays. Il convient que les états adoptent un libéralisme économique. L’intervention de l’Etat oit être limitée à ses fonctions d’Etat-gendarme.
- Loi de la population : la population croit selon une progression géographique alors que la production suit une progression arithmétique. Il y a un risque pour le...
tracking img