Cours philo bonheur

Pages: 7 (1621 mots) Publié le: 10 décembre 2012
Chapitre 1 : Bonheur et Désir

La question du bonheur se pose souvent à partir de l’expérience vécue du malheur, car celui-ci est évident, omniprésent. La malheur apparait comme une cruelle réalité qui peut engendrer plusieurs type de réactions : l’optimisme (=relativiser) et le pessimisme (=le bonheur n’est qu’une illusion). L’illusion ne mérite pas d’être poursuivie, alors que l’idéal onl’estime atteignable et donc qu’on va chercher à l’atteindre d’où il mérite d’être poursuivi.
Les obstacles au bonheur : - l’insatisfaction permanente de l’homme.
- La peur de la mort, de la souffrance.
- Chance/malchance.
- Autrui.
Est-ce qu’il dépendde moi d’être heureux ou n’est ce qu’une question de hasard ?
Qu’elle est ma part de liberté dans la recherche du bonheur ?
Est-ce qu’il suffit d’accomplir tout ses désirs pour être pleinement heureux ?

I) Le problème d’une définition universelle du bonheur : le bonheur, être accompli, sommet de nos désirs

Communément on pense que le bonheur est une satisfaction de nos désirs.

A/ Leserreurs courantes sur le bonheur

Paradoxe : -désir universel des hommes
-définitions semblent multiples et contradictoires
Cf. Aristote « Les opinions courantes sur le bonheur »
Le bonheur est qualifié comme un bien atteignable, suprême et universel = but de toutes nos actions.

Biens relatifs | Bien absolu |
Richesse, intelligence, bonheur, amour, plaisir
=simples moyens, biens qui n’ont pas de valeur en eux même | Bonheur
= dépend de lui-même, a une valeur en soi
= but ultime de toutes nos actions |
3 opinions critiqués : - plaisir (corporel) = bonheur
Ne tient pas compte de la totalité de notre nature qui n’est pas que le corps, mais aussi notre esprit.
→ perte deliberté car soumission au corps
- l’honneur (célébrité, gloire) = bonheur
→éphémère, instable
- richesse = bonheur
→ réduction du bien au matériel, soumis au travail
L’erreur est de confondre les moyens avec le but. Pour Aristote, le bonheurne doit dépendre de choses extérieures à soi même car il doit aussi dépendre de nous. Il y a une part de chance dans l’obtention du bonheur, mais en aucun cas cette chance est condition suffisante.

B/ Le bonheur : un idéal indéfinissable

Le désir est toujours relatif à un manque. C’est pour cela que le bonheur serait subjectif (= propre à chacun).
Cf. Kant « le bonheur c’est un idéal del’imagination »
→ A force de se faire une image trop idéale du bonheur, on risque de se rendre aveugle sur ce qui est ici et maintenant. Pas de mode d’emploi pour être heureux. Le bonheur est un concept indéterminé et dans sa nature et dans les moyens d’arriver. L’homme immoral peut être heureux.

C/ Le désir comme marque de la misère humaine

Une vie sans désir, c’est peut être une vie debonheur total
Désir ≠ Besoin
but : plaisir but : survie
pas nécessaire (corps)
(esprit)
Cf. Platon (le Banquet)
D’après ce mythe, le désir chez l’homme est le signe d’une imperfection, d’une blessure propre à notre nature. Il y a à l’homme « un manque d’être ». Ce manque va chercher à être comblépar la satisfaction de nos désirs.
S’il est dans la nature de l’homme de désirer, est il possible de satisfaire tout ces désirs ou le bonheur n’est qu’une illusion ?

Cf. Schopenhauer
Ce qui lui permet de critiquer l’idée d’une satisfaction du désir sont :
-la multiplicité des désirs « satisfaire un désir c’est en contrarier plein d’autres » →renoncement
-le désir ne se satisfait...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Cours philo le bonheur
  • Le bonheur- Philo
  • la philo le bonheur
  • Philo, le bonheur
  • Le bonheur
  • La philo le Bonheur
  • Cours sur le bonheur
  • Cours Bonheur

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !