Cours relations internationales droit licence 2eme a semestre 2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 204 (50795 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Relations internationales

Semestre 2

Introduction

La matière Relations Internationales est apparue tardivement dans les programmes des facultés de droit et de science politique. Depuis, elle connaît un essor considérable, notamment sous l'effet de la mondialisation qui donneaux problèmes une dimension globale et universelle. Toutes les questions politiques, économiques, sociales, idéologiques et culturelles débordent désormais les espaces nationaux. Le moindre événement y compris interne, du fait même de l'explosion de la communication (Internet, en particulier) a immédiatement une portée internationale, quand il ne rejaillit pas immédiatement sur les rapports entreles États, voire entre les individus.
Dans un monde qui vit en accéléré et met parfois à malles règles et principes régissant les relations entre les différents acteurs, il est souvent difficile d'identifier les éléments de solidarités censés sous-tendre les efforts d'organisation de la société internationale. Le droit est dès lors soumis à la logique des rapports de force dans lesquels interfèrentles États, mais également les organisations internationales gouvernementales et les ONG. Ce phénomène est d'autant plus avéré que les relations internationales ne sont plus réduites au secret des chancelleries : elles se déroulent au grand jour et suscitent des réactions alimentées par une opinion internationale de plus en plus prompte à réagir à certains événements (voir la guerre en Irak en2003 et l'écho donné aux activités du mouvement altermondialiste lors des réunions des institutions financières internationales ).
Tout cela donne un avant goût des nombreuses questions qui seront abordées dans le cours, et qui font appel à diverses disciplines: le droit international bien sûr, l'histoire, la géographie, l'économie, voire l'anthropologie ou même l'ethnologie. Il ne s'agit donc pasd'étudier les relations internationales sous le seul angle institutionnel et juridique, mais de les rapporter aux multiples facteurs qui les caractérisent et en donnent une meilleure compréhension.

D'une certaine manière, les relations internationales sont au droit international ce que la science politique est au droit constitutionnel et à l'étude des institutions politiques internes. Ellespermettent d'opérer une prise globale des phénomènes internationaux, en utilisant les apports des différentes sciences sociales, de les entrevoir dans leur contexte multidimensionnel. À titre d'exemple, on ne peut pas se contenter de dire que le droit international est régi par les principes de l'égalité souveraine des États et qu'à ce titre tous les États membres de l'ONU, grands ou petits (191) ontune voix à l'Assemblée générale de l'ONU. Dans les faits il en est bien autrement et la notion de puissance (elle-même fondée sur de nombreux critères politiques, militaires, économiques ou géographiques) confère des responsabilités plus importantes à un nombre restreint d'États sur la scène internationale pour ne pas dire à un seul pays, les États-Unis.
La notion même de sécurité internationalen'a de consistance que lorsqu'elle est prise en cause par les États-Unis.

En entrant dans l’ONU, les états se soumettent au droit international. Quand les lois internationales ne sont pas respectées, il peut y avoir des sanctions collectives prévues par la chartre de l’ONU de 1945.

L'opinion publique joue un rôle fondamental pour la protection des droits de l'Homme dans le cadre des ONG(émergence d'une justice pénale internationales). Avant le discours de M. de Villepin au Conseil de Sécurité de l'ONU qui l'a transformé, ce conseil était feutré et qui ne laissait rien transparaître à l'extérieur. En raison de l'opposition d'une partie du Conseil, les États-Unis avec les Britanniques ont déclaré la guerre en dehors du cadre de l'ONU. Les voyages internationaux sont fortement...
tracking img