Cours ses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4556 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
B- - La relation entre organisation du travail et croissance.

1-le ford isme et le cercle vertueux de la croissance des 30 glorieuses . ( suite du cours)

a- la contribution des gains de productivité à la croissance de l’offre.
**rappel : les gains de productivité élevés sont le résultat de la rationalisation du travail ( OST + travail à la chaine) , mais aussi de lasubstitution accélérée du capital au travail car l’ OST a facilité les innovations de procédé. Ils sont également été stimulés par les techniques de production de masse qui facilitent la réalisation d’importantes économies d’échelle, car plus la série produite est longue, plus les coûts fixes ( des machines) unitaires sont bas et plus l’entreprise peut s’approvisionner en consommationsintermédiaires bon marché car elle les achète en grande quantité.

=>: la contribution du travail à la croissance provient moins de l’augmentation de son volume ( +0,5% par an entre 1950 et 1973), que de sa meilleure efficacité (1) . C’est une croissance très intensive qui s’explique par les gains de productivité et l’accumulation du capital ( substitution du K au travail+ forte augmentation del’investissement de capacité en raison du développement de nouvelles branches d’activités industrielles et des services).
Sans ce bond de la productivité, la croissance n’aurait pas été possible, car l’économie française comme la plupart des économies européenes, connurent une pénurie d’actifs au lendemain de la guerre, qui aurait rendu quasi impossible le développement de nouvellesbranches d’activité aussi bien industrielles et surtout tertiaires. La croissance résultait du transfert sectoriel de main d’œuvre. Par ailleurs, l’extension des emplois d’ouvriers non qualifiés, a permis de pallier Ie déficit d’actifs par l’appel à aux travailleurs immigrés qui ont occupé s emplois d’OS dans les industries fordistes.
(1) le travail est devenu plus efficace grâce aussi à unmeilleur capital humain ( une main d’œuvre plus éduquée et en meilleure santé).

b) l’effet des gains de productivité sur la demande.
-
le fordisme se caractérise aussi par une nouvelle affectation des gains de pté visant a augmenter directement le Pr d’achat des salariés, afin de maintenir un parallèlisme entre la croissance l'offre et la demande
Mais Les idées de Ford nese diffuseront qu’après 1945, à l’initiative de l’économiste britannique Keynes ( 1883-1946) témoin de la crise de 1929, et qui avait recommandé aux gouvernements de soutenir la demande pour prévenir les crises et stabiliser la croissance.
- Le fordisme est associé à l’institutionnalisation par les pouvoirs publics du partage des gains de productivité entre salaire et profit. L’Etat vainstaurer le salaire mnimum en 1950, et stabiliser ainsi le revenu des travailleurs les moins qualifiés dont le nombre s’est considérablement accru avec la généralisation de l’OST. Il met en place un système de redistribution financée par les cotisations salariés et employeurs, qui seront redistribués sous forme de prestations sociales aux ménages. Enfin, la progression des salaires va êtreajustée ( indexée) sur les gains de productivité réalisés au niveau macroéconomique, de sorte que tous les salariés quelque soit leur secteur bénéficiaient des mêmes augmentations salariales. Ces nouvelles modalités de partage des gains de pté, ont été favorable à une forte augmentation du revenu disponible des salariés et donc de leur propension à consommer et à épargner.
- La consommationde masse crée en retour de nouveaux débouchés solvables à la production de masse, . laquelle en retour stimule nouveaux I de capacité selon le principe de l’acclérateur.
- : C’est le " cercle vertueux de la croissance fordiste " est l’expression employée pour désigner une croissance appuyée sur une production de masse à laquelle s’ajustait la C de masse. Le fordisme a contribué à...
tracking img