Cours sur la conscience & l'inconscience

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1439 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Corps ou esprit ; esprit ou corps ; corps et esprit ?

Guy de Maupassant fût au XIXème siècle un auteur qui su très habilement, dans un style à la fois fourni et clair, décrire les tourments secouant l’homme, jusqu’à ce que parfois il en devienne un naufragé. L’écrivain narre des situations où le corps ne répond plus, où les sens sont en ébullition, tous deux emportés par une vague sensiblequi détourne les gestes et l’esprit du flot quotidien. Ainsi, Maupassant fait état d’actes non commandés par la volonté, où à tout le moins d’agissements dont le personnage principal prend conscience une fois ses effets produits, comme si aucune décision n’avait précédé l’action. Certaines choses nous échapperaient donc, comme la peur qui nous saisit en fonction de circonstances données et quiparalyse nos membres. L’homme serait-il alors la résultante d’une association entre le corps et l’esprit, qui en tant qu’associés conservent chacun leur indépendance vis-à-vis de l’autre ? Ou l’homme est-il plutôt une synthèse d’une conscience et d’une arrière-pensée, un inconscient, le tout enveloppé dans un corps ?

A ces questions, Descartes fait la proposition suivante : tout ce qui n’est paspensé appartient à la mécanique corporelle. Le philosophe distingue d’un côté l’intelligible, la conscience, de l’autre le physiologique. Toute manifestation qui n’est pas le fruit d’une pensée consciente appartient au corps. Autrement dit, la pensée n’existe que parce qu’elle a conscience d’elle-même. Alain partage cet avis : « Savoir, c’est savoir qu’on sait. ». Cette connaissance de soi, en tantqu’être pensant, est ce qui différencie l’homme du monde animal. C’est pourquoi l’exercice de la pensée est une expression de l’humanité. Ne pas s’y consacrer, c’est laisser le corps guider l’existence, c’est se laisser envahir par des phénomènes qui nous touchent et pourtant que l’on ne connaît pas.

Ainsi, l’inconscient n’existe pas d’un point de vue cartésien. Pas plus chez Sartred’ailleurs, qui ne reconnaît pas de dimension psychique aux actes dits non conscients. Il parle plutôt sur ce point de « mauvaise foi ». Selon le philosophe de Saint-Germain-des-Prés, « il n’y a pour une conscience qu’une façon d’exister, c’est d’avoir conscience qu’elle existe. ».

La conscience plus précisément

La conscience ne résume pas uniquement au fait de penser tout en se sachant pensant. Elleest également une action, une façon de se diriger vers le monde, de toucher ce qui se trouve à l’extérieur de soi. La conscience est une intentionnalité, c'est-à-dire qu’elle se tourne vers autrui ou quelque chose, elle entre en contact sous la forme soit :

- d’une perception lorsqu’il s’agit d’un objet,

- d’un sentiment concernant un sujet,

- d’un souvenir quand il est question d’uneépoque antérieure,

- d’une anticipation s’agissant de jours futurs.

Pour reprendre le concept d’intentionnalité développé par Husserl, la conscience est toujours en direction d’un phénomène qui lui est extérieur. Est-ce pour autant que toute projection de l’homme vers son environnement est réalisée consciemment ? N’y-a-t-il pas des moments où nous agissons sans nous rendre compte de ce quenous sommes en train de faire ? Prenons l’exemple du cycliste qui imprime un mouvement continu et régulier pour se déplacer sans que la conscience soit en éveil pour chaque tour de pédalier achevé. Plus une activité s’accomplit de façon automatique, plus la conscience s’efface. Ce sont les habitudes qui créent les automatismes, ce qui signifie que la répétition n’élève pas la conscience, aucontraire elle l’éteint, la stérilise. A l’inverse, un contexte nouveau aiguise la conscience. Face à une difficulté, toute la conscience est requise pour dépasser le problème envisagé. L’attention et la concentration sont les moyens dont dispose la conscience pour capter tout ce qui dans l’environnement est nécessaire à la réflexion, laquelle se charge ensuite de déterminer la décision. La...
tracking img