Cours sur la tragedie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3678 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Remarques relatives à l’exposé du mardi 5 octobre 2010

1. Songez à travailler votre prise de parole (cf. ce qui a été dit en cours) et à être pédagogique, à ne pas lire vos notes.
2. Sur le fond, en dépit d’un travail évidemment sérieux et organisé, de nombreuses erreurs, parfois de taille, subsistent.
3. Conseils de travail pour assimiler ces notions et ne pas vous retrouver dansune situation où vous vous contenteriez de réciter un cours : après la lecture du présent document, lisez ou relisez une tragédie classique (cf. bibliographie), une tragédie grecque (Œdipe-Roi de Sophocle) et une adaptation moderne (Jean Giraudoux ou Jean Anouilh).
4. De plus, au regard des échanges faits en classe, il faudrait que vous vous renseigniez sur les figures et principales intriguesmythologiques. Les ouvrages sont pléthoriques, mais je vous suggère deux références : d’une part, l’ouvrage d’Edith Hamilton, La Mythologie, chez Marabout, très clair, complet et d’une lecture aisée ; d’autre part des extraits des Métamorphoses d’Ovide : ce grand poète latin (fin du 1er s. av. J-C., début du 1er s. ap. J.-C.) a rassemblé en un seul ouvrage en vers (il s’agit de poésie) les grandsmythes qui mettent en scène des métamorphoses diverses (Narcisse, Orphée, Actéon, Hermaphrodite, etc.)
5. L’apparentement de la tragédie grecque à l’opéra, signalé par un étudiant, n’a pas été expliqué. Je reviendrai sur ce point quand nous évoquerons ce genre musical. Sachez simplement que la naissance de l’opéra est conditionnée par l’intérêt des humanistes de la seconde moitié du 16èmesiècle pour la tragédie grecque : voulant ressusciter la tragédie grecque, ils inventent l’opéra (la favola in musica, « fable en musique »).
6. Les éléments d’histoire littéraire qui ont été donnés sont en partie faux : évoquer la réapparition de la tragédie à la Renaissance, c’est-à-dire au 16ème siècle, vous interdit de nommer des auteurs comme Corneille et Calderon de la Barca, qui ont vécu au17ème siècle. Pour Shakespeare, c’est un peu plus compliqué, car il naît dans la seconde moitié du 16ème siècle, mais sa production se concentre dans les dernières années dudit siècle et les premières du suivant. En revanche, lorsque l’on évoque le renouveau du genre au 16ème siècle, deux auteurs français importent : Jean de la Taille et Robert Garnier. Ce dernier auteur est célèbre pour LesJuives (sujet biblique : captivité de Babylone). Il est intéressant de voir comment un même sujet se transmet à travers les différentes époques : après l’Hyppolite d’Euripide (Vème siècle av. J.-C.), le philosophe Sénèque, précepteur de l’empereur Néron, reprend le sujet et le genre dans la Rome du 1er siècle ap. J.-C. (Phèdre). Cet auteur a écrit de nombreuses tragédies dont les sujets sont empruntésaux Grecs. Le français Robert Garnier, via la lecture de Sénèque écrit Hyppolite en 1573 et enfin Racine écrit sa Phèdre en 1677.
7. Ont été évoqués, durant l’exposé, les codes qui régissaient le genre : il faut bien insister sur le fait que c’est une particularité française, propre à l’esthétique classique qui se développe au 17ème siècle. En effet, les tragédies de Shakespeare par exempleéchappent totalement à cela : dans Macbeth, des sorcières paraissent sur scène, on tue sans difficulté, et figure même une bataille finale à l’issue de laquelle la tête du tyran est brandie au bout d’une pique, toutes choses impensables dans la tragédie française (d’où l’importance des récits : les morts des personnages sont systématiquement racontées par des messagers ou confidents, mais jamaismontrées pour des raisons qui tiennent à la fois à la bienséance et à la vraisemblance).
8. Il ne faut pas dire que la tragédie s’essouffle avec le romantisme : d’une part, concurremment à la tragédie et à la comédie, un genre nouveau est apparu au 18ème siècle, le drame bourgeois, qui met en scène des personnages dans leur vie privée, domestique, personnelle, en proie à des péripéties...
tracking img