Cours uag

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3419 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CONNAISANCE DE LA CARAÏBE COURS N°=1

Introduction

* Définitions « la ou les Caraïbes »
* Données géographiques
* Données historiques
* Données économiques
* Données géostratégiques

* Définitions

Généralement, on parle de LA Caraïbe ou DES Caraïbes. Quand on emploie « la », cela marque l’unité de la région dont il est question, et quand on emploie « les »,il s’agit là de mettre en avant la diversité du bassin. En effet, il y a une diversité certaine au sein de cette région. Vouloir parler d’unité est une volonté politique et un projet. La diversité est un fait : diversité de la population, diversité des langues, diversité de taille, diversité de dotations en ressources (donc également sur le plan économique). Il existe des ressources naturelles surcertaines îles (pétrole : Venezuela, Mexique, Trinidad ; bauxite (fabrication aluminium) : Jamaïque, …). D’autres îles n’ont que le tourisme et l’agriculture au niveau des dotations. La diversité sur le plan ethnique est conséquente. Ceci est dû à l’Histoire (colonisations). Il ne reste plus vraiment de traces de ces « descendances » (ex : Village de Salibia, la Dominique). L’orientationpolitique est très variée au sein de l’espace Caraïbe (communisme (Cuba,…), libéralisme, indépendantisme, …). Il existe différents régimes constitutionnels.
La première idée, parler « des » Caraïbes, peut ainsi se justifier par les différences.

DANS QUELLE(S) MESURE(S) PEUT-ON PARLER DE LA CARAÏBE ?

C’est malgré toute cette diversité, la volonté de vouloir former une unité. Cette idée d’unitéa d’abord été pensée par les territoires britanniques. Même métropole coloniale (même langue). Ils prônent l’existence d’une identité commune, mais veulent quand même créer une certaine unité au-delà des seules colonies britanniques.
Afin de créer cette unité, ils ont mis en avant l’existence d’une histoire semblable. L’idée est que, ce ne sont pas seulement les territoires ayant étécolonisés par l’Angleterre, mais toute cette histoire est finalement commune puisqu’il y a eu de nombreuses colonisations (espagnole, portugaise, française, …). Même « vécu ». L’autre élément sur lequel s’appuie ce projet politique est l’existence d’une mer « semi fermée », la Mer des Caraïbes. Enfin, l’existence d’un problème économique semblable. Ceci nécessite la coopération, afin d’essayer de résoudreces problèmes économiques semblables. Le sous-développement, existant dans de nombreux pays, mais, ici, il s’agit d’un petit espace insulaire en développement. Le handicap particulier d’être de petits territoires insulaires rend difficile l’accès à la trajectoire de développement.

* Données géographiques

On distingue généralement les Grandes Antilles (Cuba, La Jamaïque, Hispañola(Rep. Dominicaine et Haïti), Porto Rico) des Petites Antilles (toutes les autres îles). On distingue également les îles « du vent » et les îles « sous le vent » (peu exposées au vent les ABC). L’espace en question se situe entre le Tropique du Cancer au Nord, et l’Equateur au Sud. Les Grandes Antilles et les Petites Antilles n’auraient pas la même origine. Les Grandes Antilles sont liées à unphénomène d’affaissement.
L’espace maritime de la région est très important dans la mesure où, si l’on additionne Mer des Caraïbes et Golfe du Mexique, le résultat est de 4M300m km2. Notre territoire maritime est supérieur à notre territoire terrestre.
En réalité, la végétation actuelle est un apport ultérieur. Nos paysages ont beaucoup changé avec la période coloniale, où les colonisateurs ontimporté une série de plantes qui, à l’origine, n’existaient pas. Les cocotiers viennent du Pacifique, il a été introduit en 1650. L’arbre à pain, si utile soit-il, introduit depuis Tahiti en 1793. La canne à sucre a été importée depuis les Iles Canari. La banane également introduite depuis les Canaries, 1516.

* Données historiques
On distingue plusieurs périodes dont :


I. La...
tracking img