Cours

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 57 (14171 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction À la Science Politique

Introduction
I) Les obstacles À l’analyse politique
Produire un discours rigoureux sur la politique n’est pas simple.
Le politiste est un individu quelconque, socialisé à la politique. La politique est quelque chose de familier pour lui : c’est son univers professionnel ((relations de familiarité avec des institutions, avec des actes comme levote ou les manifestations, …), dont l’apprentissage s’est fait tout au long de sa scolarité.
Ce rapport familier pose problème : l’acquisition de savoirs fabrique des façons de penser la politique, de penser des représentations instituées de la politique. Ces visions qui sont en nous peuvent être inconscientes.
Pour développer une réflexion, il faut avoir des questions à se poser. Ilfaut aussi être capable de se défaire de toute culture qui nous habite.
A) Catégories de la vie politique et catégories de l’analyse politique
Les théories de la politique ne sont pas nouvelles. Elles ont le postulat suivant : les citoyens s’intéressent aux phénomènes politiques. Ils connaissent les problèmes, les idéologies et les programmes politiques. Quand ils votent, ces citoyensexpriment un choix réfléchi.
Ex : Lors d’élections, il y a trois intervenants : les journalistes, les experts et les acteurs politiques. On assiste à une mise en scène du vote. Ces intervenants parlent sur le mode d’opinions publiques. On retrouve dans leurs discours l’attitude du citoyen modèle.
Daniel Gaxie (Le Sens Caché) refuse les a priori de la théorie de la démocratie. Pourlui, il s’agit d’une idéologie politique qui mérite d’être analysée. Pourtant, cette analyse ne va pas de soi.
La politisation des électeurs est quelque chose de complexe, contrairement à ce que peuvent dire (par exemple) les journalistes. Pour Gaxie, c’est un degré en fonction duquel des individus accordent leur attention aux évènements politiques. Il engage alors une enquête en s’intéressantà la participation politique : appartenir à une institution politique est une manière privilégiée d’avoir une activité politique. Gaxie assimile la politisation à des activités politiquement orientées.
En France comme aux Etats-Unis, le pourcentage des adhérents aux partis politiques varie de 2 à 4% de la population en âge de voter. La théorie de la démocratie est ici réduite.
Gaxieessaye d’appréhender le degré de connaissance que les citoyens peuvent avoir de la politique. Le travail de l’enquêteur est de croiser les résultats concernant les questions politiques et ethnologiques. Les questions de Gaxie nous éloignent des postulats de la théorie de la démocratie.
La politisation n’est pas universellement partagée. Elle s’élève quand s’accroît la position sociale despersonnes interrogées. Pour Gaxie, il y a des exclus dans l’univers politique : il s’agit des personnes étant indifférentes à la politique.
Il existe des idées reçues sur les comportements électoraux. Ces idées se sont naturalisées et il est difficile de les interroger.
Le discours de la science politique est différent de celui d’une série de penseurs. Il n’est pas produit de la même façon et nes’adresse pas au même public.
B) Analyse juridique et analyse politique
La science politique ne se situe pas sur le même terrain que celui du droit : la science politique n’est pas l’étude d’objets politiques à partir d’objets juridiques. Quand on fait de la science politique, on ne peut se séparer de connaissances politiques. En effet, le droit est pensé comme une variable del’action publique. Le politiste ne peut s’en tenir à des explications juridiques pour comprendre les relations entre les différentes institutions. Les règles de droit ne suffisent pas à l’analyse politique.
Ex : Révision constitutionnelle de 1962 ( Le président de la république doit être élu par tous les citoyens jouissant du droit de vote. Il s’agit de renforcer la légitimité d’unie...
tracking img