Cout de transaction

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1198 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Apparue en1975 et propose de traiter les relations existant entre le marché et l'organisation, comme l'intégration verticale, le processus d'internationalisation ou la structure financière des entreprises.
Coase posa en 1937 que l'entreprise cherche constamment à diminuer les coûts d'accès à la connaissance des besoins du marché et des techniques. Si elle doit supporter normalement ses coûts,elle va tenter d'économiser sur les coûts d'échange ou de transaction, en particulier sur ceux liés à la fixation des prix.
La théorie classique indique que ce sont les marchés qui proposent les prix, et que les agents économiques se réfèrent à eux pour leurs transactions commerciales. La réalité et plus compliquée et plus coûteuse puisqu'il faut trouver le client, négocier, assurer une certainequalité de la prestation, livrer la marchandise.
Ces opérations génèrent des coûts, consomment du temps et sont empreintes d'incertitude, d'autant que les individus peuvent être tentés de faire de la rétention de l'information voire de la déformer. La firme va donc essayer de court-circuiter le marché comme mode d'allocation de ressources et coordination des activités.
Williamson reprendra lestravaux de Coase en posant que la raison d'être de l'entreprise est de réaliser des économies sur les coûts de transactions. Williamson distingue :
• Les coûts de transaction ex ante qui correspondent à tous les frais et toutes les activités amont précédant la signature des contrats. Plus les marchandises sont standardisées à faible contenu informationnel plus ces coûts seront faibles.
• Les coûtsde transaction ex post qui correspondent à aux coûts d'administration de surveillance et de contrôle mis en place pour assurer le respect des clauses contractuelles, couvrir les différents aléas survenant dans l'exécution des contrats et éventuellement leur renégociation.
Etudiant les organisations à travers les relations existant entre l'intégration et l'indépendance contractuelle, il propose leconcept de quasi-intégration des activités et montre que les entreprises sont un quasi-marché. Les entreprises sont des structures d'organisation d'un réseau de contrats, et les approches institutionnelles comparatives conduites montrent que c'est la hiérarchie de la firme ou la réciprocité des approches contractuelles qui provoque des économies sur les transactions. Pour lui l'efficacité d'uneinstitution économique se mesure par sa capacité de réaliser ces économies.
Les principaux facteurs explicatifs des coûts de transaction sont: la spécificité des actifs, la notion de rationalité limitée, l'asymétrie d'information, et l'opportunisme. Celui-ci est le principal facteur explicatif. L'opportunisme peut se caractériser par toute attitude visant à perturber l'accès à l'information.
Ledéveloppement des NTIC a puissamment contribué à la diminution des coûts de transaction et à leur sécurisation. Ces deux facteurs contribuent depuis une dizaine d'années à donner un nouveau souffle aux réseaux d'entreprise et aux alliances entre les firmes. Elles transforment les conditions dans lesquelles sont collectées et accumulées et échangées les informations nécessaires aux différentes unitésde l'entreprise.
Divers auteurs ont montré que les avancées technologiques ont favorisé l'intégration verticale de firmes. Au contraire les NTIC favorisant des connexions plus ouvertes des plus transversales entre plusieurs réseaux d'entreprise à des coûts sans cesse réduits, permettent une grande flexibilité, toutes les délocalisations possibles et toutes sortes d'arrangement contractuels deprestations de services.
Outre que la théorie des coûts de transaction a réussi à favoriser à rapprocher la micro-économie de la sociologie des organisations, elle fournit des explications aux phénomènes et aux processus d'intégration des activités, de gestion des projets, d'innovation et de développement international.
Si cette théorie présente un bilan empirique incontestable, elle fait...
tracking img