Crise alimentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1473 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
TD Méthodologie et expression
Licence 2 SEG, semestre 3

Qu’en est-il de la crise alimentaire? Un constat alarmant qui malgré la journée mondiale qui s’est tenue le 16 octobre 2008 les médias ne l’on que très peu abordé. Les montants envisagés et promis pour résorber la crise alimentaire sont régulièrement comparés à ceux de la crise financière. Des sommes souvent démesurées les unes parrapport aux autres. Ainsi, la crise financière reste au cœur de nombreux articles et apparait prioritaire.
Quelques chiffres selon l’organisation humanitaire britannique Oxfam 967 millions de personnes souffrent de la malnutrition.

Nous aborderons dans une première partie une analyse des articles et dans une seconde partie une analyse personnelle de la crise alimentaire.
Existe-t-il une réellevolonté d’en finir avec la crise alimentaire ?

Nous aborderons dans cette partie un constat de la crise alimentaire, suivie d’une crise alimentaire dans la tourmente de la crise financière et enfin un point de vue étranger : Madagascar.

A. Un constat de la crise alimentaire

Dans cette article intitulé « Journée mondiale de l’alimentation: crise financière risque d’aggraver lasituation », paru le 16 octobre 2008 le journaliste Anne Denis nous fait tout d’abord un constat de la situation actuelle en citant les propos de Jacques Diouf directeur de la FAO (Organisation des Nations Unies pour alimentation et l’agriculture).
La deuxième partie de son article rapproche la crise alimentaire de la crise financière.

Tout d’abords le 16 octobre 2008 était la journée mondiale de lafaim ainsi, la communauté internationale c’est à nouveau réunie à Rome.
Quatre mois auparavant celle-ci s’engageait à débloquer 7 milliards de Dollars pour lutter contre la faim et la pauvreté.
Qu’en est –il aujourd’hui ?
En reprenant les propos du directeur de la FAO comme le fait le journaliste l’on peut se rendre compte de la situation actuelle.
Je cite » Le climat de grande incertitudequi règne sur les marchés et la menace d’une récession mondiale pourraient inciter les pays au protectionnisme et à la révision de leurs engagements en matières d’aide au développement ».
En effet, seulement 10% des sommes prévues ont été versés.
L’on peut donc s’attendre à une crise qui va ne faire que de s’aggraver comme le cite le journaliste en reprenant l’opinion des français paru dans unjournal quotidien catholique « La Croix » que « 58% des français pensent que le fléau de la faim s’aggrave et que l’on n’en viendra jamais véritablement à bout… ». Juste brièvement après être allé voir le sondage de BVA 48% et non 58% des français pensent que la situation s’aggrave.
Est-ce une erreur ?
Je cite : « Le pessimisme prévaut lorsqu’on évoque avec les Français la situation de la faimdans le monde : 48% estiment qu’elle se dégrade, 46% jugent qu’elle n’évolue pas »[1].

Dans la seconde partie de l’article l’on retrouve vite comme dans la plupart des articles une relation avec la crise financière, et notamment une amertume face à la réactivité et aux sommes injectées : « la facilité à laquelle les pays riches ont pu trouver des milliers de milliards de dollars pour sauverdes banques européennes et américaines alors qu’aucune des promesses faites depuis des années sur les fronts de la faim et de la malnutrition n’ont jamais été tenues ».
Des sommes telles que « 700 milliards de dollars débloqué par le Trésor américain », « 2000 milliards de dollars mobilisés par l’Euro groupe » sont abordées en comparaisons avec les « 6,5 milliards » promis pour contribuer àaider les « 967 millions de personnes souffrant de la malnutrition ». Le journaliste aborde le fait est que le montant est « très faible comparé aux 15 à 20 milliards par an jugés nécessaires par l’ONU ». L’on s’aperçoit donc du réel contraste entre les deux crises et la part que chacune représentent en matière de traitements.
Mais qu’en est-il des raisons et des conséquences de cette crise ?...
tracking img