Crise de 1929

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6296 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
John Maynard Keynes développe une « théorie générale » car elle rend compte non seulement des situations d'équilibre de sous-emploi, mais aussi de plein emploi de toutes les forces de travail et de capital, alors que l'existence d'au moins un équilibre général est l'unique résultat démontré par la théorie néoclassique (encore aujourd'hui !). Son approche théorique est considérée comme lapremière théorie macroéconomique, qui remet en question plusieurs des principes néoclassiques : la monnaie n'est pas un voile des échanges, le montant de l'épargne n'est pas déterminé sur le marché des capitaux, la détermination du taux d'intérêt est monétaire et non réelle. Keynes montre qu'une économie de marché parvient le plus souvent à un « équilibre de sous-emploi » durable des forces de travailet de capital. Il rompt ainsi avec l’analyse néoclassique qui analysait le chômage comme « frictionnel » ou « volontaire », afin de montrer que l’économie peut durablement souffrir d’un chômage de masse que les mécanismes du marché seuls ne peuvent résoudre. Ainsi Keynes décrit une dynamique qui empêche toute reprise spontanée de l’économie. Une offre excédentaire initiale provoque deslicenciements. Keynes nie de la sorte qu'il occurera un ajustement par les salaires permettant en retour selon les néoclassiques un réajustement des profits et un retour de l’investissement, de la croissance et en fin de l’emploi. La montée du chômage signifie au contraire la disparition des débouchés. Et cette baisse de la demande effective provoque le scepticisme des entrepreneurs qui n’investissentplus induisant une aggravation de la crise. [Il importe de ne pas oublier une autre partie de l'analyse : Les taux d'intérêt monétaire déterminent principalement le niveau de l'activité économique ;
Les keynésiens [modifier]
Les keynésiens vont sortir l'analyse de Keynes de son contexte original, celui d'une crise économique, pour en faire une méthode de régulation permanente des marchés.Les prolongements de l'école keynésienne sont :
le keynésianisme ou macroéconomie traditionnelle
la théorie du déséquilibre : Edmond Malinvaud
le courant post-keynesien : Nicholas Kaldor, Joan Robinson, Roy Forbes Harrod, ...
la nouvelle économie keynésienne : George Akerlof, Joseph Stiglitz, Janet Yellen, Stanley Fischer...
l'école de la régulation : Michel Aglietta, Robert Boyer,Alain Lipietz...
A l'occasion de la crise de 1929, John Meynard Keynes a formulé une critique cohérente de la théorie classique et prôné une certaine intervention de l'Etat. Pour Keynes, le plein-emploi de la population active n'est assuré que dans des conditions très particulières d'équilibre entre la consommation et l'investissement. Il ne croit pas que les marchés puissent assurerdurablement cet équilibre qui les dépasse.
"En ce qui concerne la propension à consommer, l'Etat sera conduit à exercer sur elle une action directrice par sa politique fiscale, par la détermination du taux de l'intérêt, et peut-être aussi par d'autres moyens. Quant au flux d'investissement, il est peu probable que l'influence de la politique bancaire sur le taux d'intérêt suffise à l'amener à sa valeuroptimum. Aussi pensons-nous qu'une assez large socialisation de l'investissement s'avérera le seul moyen d'assurer approximativement le plein-emploi, ce qui ne veut pas dire qu'il faille exclure les compromis et les formules de toutes sortes qui permettent à l'Etat de coopérer avec l'initiative privée. Mais à part cela, on ne voit aucune raison évidente qui justifie un socialisme d'Etatembrassant la majeure partie de la vie économique de la communauté. L'Etat n'a pas intérêt à se charger de la propriété des moyens de production (Keynes, p. 392)".
Bien qu'elle prône l'intervention de l'Etat, la Théorie Générale de l'Emploi, de l'Intérêt et de la Monnaie reste d'inspiration libérale. Elle se démarque de la théorie marxiste de l'exploitation et de la théorie malthusienne de la...
tracking img