Crise de cuba

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (794 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CRISE DE CUBA
Véritable tournant dans la guerre froide l’affaire des missiles de Cuba fut peut-être le moment où le monde est passé au plus près d’un conflit nucléaire généralisé.
  En 1957, àCuba dans les Caraïbes une révolution d’inspiration socialiste balaye la vieille dictature corrompue de Fulgencio Batista. Fidel Castro, Ernesto « Che » Guevara et leurs guérilleros s’emparent de lacapitale La Havane et après avoir tenté en vain d’obtenir un accord avec le gouvernement américain se tournent rapidement vers l’URSS et la Chine.
Les relations cubano-américaine s’enveniment, d’autantque des milliers de réfugiés anticastristes poussent les Etats-Unis à intervenir sur l’île. Cuba nationalise les propriétés des grandes compagnies américaines, en retour l’Amérique décrète un embargosur les produits agricoles cubains.  La désastreuse tentative de débarquement de cubains anticastristes de « la baie des cochons » soutenus par l’armée américaine creuse davantage fossé entre les deuxpays. De simplement révolutionnaire et populiste, le régime castriste devient officiellement communiste.
  La présence d’une île communiste à moins de cinquante kilomètres du sud des Etats-Unis estune aubaine inespérée pour l’URSS. Celle-ci est en effet est sous la menace directe des fusées et des bombardiers nucléaires américains stationnés en Europe grâce à l’OTAN, ou en Asie avec l’OTASE. Leterritoire même des Etats-Unis est à l’abri de par sa situation géographique. Ils sont trop loin pour être atteint par les missiles ou les avions russes dont le rayon d’action ne dépasse pas 2500kilomètres.
  C’est pourquoi Khrouchtchev négocie un accord secret avec Castro pour l’installation de bases militaires dotées d’armement nucléaires, bombardiers tactiques et missiles SS-4 directementpointés vers les Etats-Unis. Accords secrets… mais pas suffisamment pour que les services de renseignements occidentaux n’aient vent du projet. Les services secrets français notamment, bien implantés...
tracking img