Crise du sens

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1721 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Crise », ce terme ne cesse d’être prononcé par toutes les bouches et partout : crise économique avec le taux de chômage qui n’arrête pas de s’élever, crise politique avec le déchirement que l’on voit chaque jour entre palestiniens et israéliens et la crise sociale avec l’accroissement des familles qui se déchirent et se séparent pour des banalités de la vie.
Qu’en est-il de la crise dusens ? Cette crise où l’être humain ne se retrouve plus, devenant perdu, désorienté, ne sachant quoi faire, où aller ou encore quel chemin prendre.
Plusieurs romans ont évoqué ce thème du désarroi. Nous pouvons citer : Une vie de Guy de Maupassant en 1883 ou encore Jack d’Alphonse Daudet en 1876.
Nous citerons plus précisément comme exemple On n’est pas sérieux quand on a dix septans, un récit bref de Barbara Samson qui fait les 155 pages, publié en 1997 où il est question de Barbara, une adolescente de 16ans en détresse affective qui ne cesse de défier ses parents à qui elle en veut de l’avoir délaissée étant petite pour s’occuper de leur travail et leur situation financière. Elle cherchera à combler ce manque d’affection auprès d’Antony, le premier homme de sa vie, qui enl’espace de trois jours lui transmettra sa séropositivité.
Elle devra non seulement faire face à ses rapports tendus avec ses parents mais encore à sa maladie qu’elle devra supporter pendant le reste de ses jours.
On étudiera dans une première partie la crise au niveau relationnel basé sur le conflit enfant parent et on analysera la crise dans une seconde partie dans son sensétymologique.

« On n’est pas sérieux quand on a dix sept ans », un bref récit de 155 pages narrant la vie d’une jeune fille de seize ans jusqu’à ses dix neuf ans, trois ans de sa vie assez agitée, tout d’abord avec ses crises de nerfs au sein de sa famille suite à son anorexie et sa provocation répétitive pour ses parents en ne voulant pas manger. Tant de provocation qui a engendré une crise chezelle et qui l’a amené à aller dans un centre privé dans le but de traiter son problème. Mais c’est un autre qu’elle a eu après, celui de sa séropositivité suite à sa première relation sexuelle avec Antony, un jeune homme ayant onze ou douze ans de différence qui l’a contaminé sans la prévenir. Une nouvelle crise s’engendrera dans sa vie.
Un destin assez tragique qui ne l’a pas découragépour autant, bien au contraire elle a su faire face à sa maladie et en faire part au monde entier.

I. La crise engendrée dans le relationnel :
- Dix sept ans, l’âge de l’adolescence, l’âge où l’enfant devient « adulte » selon lui-même : il commence à tenir son journal intime, notamment s’il est du type sentimental, lui confiant ses interrogations, ses craintes et ses espoirs.Barbara n’est pas ainsi, elle rêvasse certes mais n’écrit pas. Néanmoins elle est comme tous les autres adolescents dans l’affirmation de son besoin de solitude et d’intimité.
- ce moment est représenté comme étant le deuxième de la vie d’un enfant selon L’enfant dans le monde actuel[1], « Le pré pubère veut être grand et l’être humain vit alors sa deuxième période de révolte, la premièreétant celle des trois ans. »[2]

Nous ne citerons pas la première période des 3ans mais nous évoquerons un autre âge, celui des sept ans de Barbara :
« Avant ma mère tenait un bar-tabac. Elle a décidé ça, j’avais sept ans environ, et elle l’a gardé sept ans. Elle disait qu’on joignait plus les deux bouts. C’était l’horreur. Il n’y avait plus de famille. Je ne voyais plus ma mère.Je rentrais du lycée l’après midi, je traversais le bar, elle me voyait même pas passer, c’était comme ci je n’existais pas. Elle était là, en train de discuter avec tous ces types au bar, je supportais pas… Mon père, il rentrait du boulot, il donnait un coup de main au bar. A 21 heures ils fermaient, à 22 heures ils se couchaient. Avec mon frère et ma sœur, on mangeait avant, on faisait...
tracking img