Crise economique actuelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1089 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Présentation du recueil

Le mot « éthiopiques » vient du grec «Aïthiops » qui signifie « ce qui paraît brûlé », d’où noir, couleur de la peau. Dans la Bible, l’Ethiopie est le pays le plus éloigné d’Afrique, dont les habitants, noirs, vivent à l’extrémité du monde connu. Par Synecdoque, l’Ethiopie désigne l’Afrique et son ancienneté et sa grandeur, par ses liens avec la civilisationégyptienne. On peut également noter que le mot « éthiopiques » constitue l’anagramme du mot « poétique ». Le choix de ce titre prend alors toute sa signification dans le projet et l’œuvre de Senghor : faire de la Poésie la voix de la Négritude.
Le recueil « Ethiopiques » est constitué de trois parties. On y trouve des « guimms » (chant) simples et un guimm composé (L’Absente), un poème dramatique(Chaka) et des épîtres suivis d’autres chants.

Première partie :Les huit premiers textes correspondent à une célébration de l’Afrique et de ses représentants mythiques :

L’Homme et la Bête
Congo
Kaya-Magan
Messages
Teddungal
L’Absente
A New York
Chaka (poème dramatique)

Deuxième partie : Les épîtres à la princesse

Troisième partie :« D’autres chants » qui contiennent huit poèmes élégiaques et mélancoliques célébrant l’aimée absente.

Le recueil laisse ainsi percevoir une opposition entre parole poétique et action politique (cf. biographie de Senghor), puis une opposition entre l’amour pour la femme et l’amour pour le peuple. A ces deux oppositions s’ajoutent celle entre le retour à l’Afrique et au « royaume d’enfance » etla séduction par Paris. La composition d’ensemble du recueil semble ainsi mettre en évidence l’émergence progressive de ces antagonismes : on passe de la célébration d’une Afrique primordiale et harmonieuse où le roi est poète et le poète roi à l’évocation d’un univers plus conflictuel qui laisse cependant une place pour une résolution possible.

L’Absente

L’Absente est un « guimm »(chant) composé de sept parties, et qui célèbre l’Afrique en évoquant l’une de ses figures mythiques, la Reine de Saba, appelée Makéda dans la légende éthiopienne.

(La Reine de Saba, est un personnage légendaire que l’on retrouve dans plusieurs récits et qui aurait régné sur le royaume de Saba, situé approximativement entre le Yémen et l’Ethiopie. Différents prénoms lui son attribués selon lessources. Ainsi, les traditions éthiopiennes l’appelle Mékéda. Cette reine est décrite comme une femme sublime, et considérée comme un personnage d’une profonde sagesse et d’une haute intelligence par certains, et comme une magicienne tentatrice par d’autres.
Dans la légende, la Reine de Saba donne naissance à un fils, Menelik, dont le roi Salomon est le père. Hailé Sélassié (1892 – 1975), empereurd’Ethiopie de 1930 à 1974 rappellera cette lignée dans la constitution de l’Empire d’Ethiopie de 1952 : « La dignité impériale doit rester perpétuellement attachée à la lignée d’Hailé Sélassié, descendant du roi Sahel Sélassié, dont la lignée descend directement, sans interruption, de Menelik ». Ainsi, les souverains d’Ethiopie se posaient parents du Christ (David père de Salomon), ce qui étaitplus que fonder un droit d’autorité comme venant de Dieu.)

Les sept parties du poème

I
Le poète interpelle les « jeunes filles » pour leur demander de ne plus célébrer leur héros (Partie II - mais de chanter « l’Absente, la Princesse en allé »). Le poète se présente ensuite comme le « Dyâli » et non pas comme le roi, « le Lion téméraire », « le Conducteur », « le Fondateur »«Dyâli » : troubadour d’Afrique de l’Ouest (poète)

II
Le poète demande au « jeunes filles » de chanter « l’Absente ». Il répète que sa gloire est de chanter la beauté de l’Afrique et « la beauté de l’Absente ».
« Elyme » : graminée à larges feuilles qui poussent dans le sable et le fixe.
« Van » : Panier plat, bordé d’un côté et portant deux anses, qu’on utilise pour...
tracking img