Crise economique irlande

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1765 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Synthèse d’économie 
Les crises financières.

Introduction :

Depuis la création des échanges commerciaux entre les pays, le marché financier a joué un grand rôle dans l’économie.
On entend par marché financier, le Marché de capitaux à long terme, comme la Bourse, où se rencontrent les investisseurs disposant de liquidités à placer et les entreprises ayant besoin de financement. Lescapitaux à court terme se négocient sur le marché monétaire.
Depuis de nombreuses années, l’histoire retrace de nombreuses crises économiques. (Ex : La crise du choc pétrolier en 1973 ou encore la crise financière de Russie en 1998).
Il serait donc utopique d’espérer parler de marché quel qu’il soit sans faire face à ce qu’on appelle les crises économiques.
C’est pourquoi dans cette synthèse nousdévelopperons l’une d’entre elle dans le détail à savoir la phénoménale crise des Supbrimes .
Que désigne le mot « Subprimes » ?
Les subprimes sont des crédits accordés aux ménages, présentant de trop faibles garanties pour accéder aux emprunts normaux dits " prime ", soit parce qu’ils ont déjà eu des difficultés financières par le passé, soit que la faiblesse de leurs revenus limite par tropleur capacité de remboursement.
Il serait donc intéressant de s’interroger sur les conséquences qu’aura cette crise d’un point de vue mondial en mettant l’accent sur la crise d’Irlande qui précèdera à celle-ci.
Pour ce faire, nous décrirons dans une première partie la crise des Subprimes dans le détail et dans un deuxième temps, nous chercherons à comprendre les causes puis les conséquences de lacrise Irlandaise afin de mettre évidence les points qui les lient l’une à l’autre.

I) La crise des subprimes.

De 1979- à 1990, un changement fondamental va se produire. Afin de lutter contre socialisation du logement, les gouvernements conservateurs ont mené des programmes d’accès à la propriété. Un projet qui a porté ses fruits puisqu’en quelques années, en Angleterre comme auxEtats-Unis, le pourcentage de propriétaires de leur logement est passé de 35 % à plus de 55 %.
Cependant, un inconvénient majeur se présente. Pour accentuer le pourcentage de propriétaires, il fallait produire des offres de crédits peu regardantes sur les revenus des emprunteurs et en étaler le remboursement sur trente ans ; les traites dépassaient des revenus mensuels. A partir des années 90,le nombre de défauts de paiement s’est accru et des millions de ménages sont devenus non-solvable.
En 2002 pour relancer l'économie américaine, le gouvernement a proposé les crédits hypothécaires dédiés aux ménages les plus pauvres : les subprimes
On voit alors apparaître et se developper une multitude de formules de prêts aux conditions de plus en plus flexibles.
Leurs principes communs : Unremboursement faible les premières années puis une forte augmentation de la charge de la dette les années suivantes. . Durant 4 ans c'est une véritable bulle financière immobilière qui s'est formée : beaucoup de ménages à faibles revenus se sont endettés.
En effet, dès la fin de l'année 2006, il est apparu qu'un nombre croissant de ménages ne pouvaient faire face à leurs remboursements. Lahausse des prix de l’immobilier devient plus rapide que l’inflation générale et augmente donc les loyers de manière considérable. Les problèmes liés aux subprimes s’élevèrent donc de plus en plus. Certains titulaires de ce crédit se sont trouvés dans l'obligation de vendre leurs biens valant moins que la valeur d’achat dans des établissements spécialisés. La forte hausse des saisies de logementspar les banques a causé la faillite en masse de plusieurs entreprises de prêts hypothécaires à risque (les biens saisis ne valant plus le prix initialement investi) conduisant à l'effondrement du prix des actions de l'industrie du crédit .
A ce stade, la bulle financière éclate et la crise va se propager sur l’ensemble du système financier pour deux raisons : tout d’abord, à cause du...
tracking img