Crise espagnol

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3590 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Banques espagnoles : lendemains de fête
En 2008, alors que les systèmes bancaires américain, britannique, allemand, suisse subissaient de plein fouet les effets de la crise du subprime, les grandes banques ibériques affichaient encore des résultats insolents. Banco Santander par exemple est ainsi devenue la quatrième banque la plus profitable du monde derrière deux banques chinoises etHSBC. Grâce à une activité essentiellement domestique et à plusieurs mesures prudentielles édictées par la Banque d’Espagne, le système bancaire espagnol est resté à l’abri de la crise financière internationale, évitant certaines dérives. Certains établissements ont même profité de la crise pour réaliser quelques opérations de croissance externe, notamment transfrontalières.Aujourd’hui, la crise économique domestique constitue selon nous le principal défi du système bancaire espagnol.
En effet, après une décennie de croissance remarquable, l’Espagne est entrée en récession au deuxième semestre 2008. Les deux moteurs de la croissance ibérique – l’endettement privé et la construction – sont désormais en panne et sans doute pour longtemps. Or, compte tenu desengagements significatifs des établissements de crédit espagnols sur leur marché domestique en général et dans le secteur immobilier en particulier, nous considérons que les risques pour le système bancaire espagnol sont considérables. L’envolée du coût du risque devrait se poursuivre et devenir un sujet d’inquiétude majeur en 2009. Après avoir décéléré en 2008, les résultatsdevraient baisser en 2009. La pression qui s’exerce sur les ratios de solvabilité pourrait conduire certaines banques à procéder à des augmentations de capital,
Philippe Sabuco
soit par appel public au marché, soit par injection de capital public. De plus graves difficultés ne sont pas à exclure pour les établissements les plus fragiles. Enfin, un mouvement de concentration des caissesd’épargne parait fort probable. La crise économique pourrait donc contribuer à redessiner le paysage bancaire espagnol.
Une exposition directe à la crise financière internationale limitée
En 2008, les banques espagnoles ont affiché des résultats très élevés, en partie grâce à des règles prudentielles très strictes. Profitant de la tourmente financière, elles ont réalisé quelquesopérations de croissance externe. Le détail des résultats pour l’exercice 2008 laisse néanmoins entrevoir une détérioration de leurs résultats futurs.
Des performances toujours très élevées en 2008 malgré plusieurs signes de fragilité
En dépit d’un environnement économique et financier fortement dégradé, les banques commerciales espagnoles1 ont continué sur leur lancée en affichant desperformances remarquables en 2008 (Cf. Tableau 1). Le produit net bancaire (PNB) moyen des trois plus grandes banques commerciales ibériques s’est inscrit en hausse de 9,1%. L’analyse des résultats des principales banques espagnoles laisse néanmoins apparaître un certain nombre de fragilités qui devraient s’aggraver avec la crise économique.
Mars 2009
Conjoncture 19
Compte de résultatagrégé des trois plus grandes banques commerciales espagnoles (mns €)
2004 2005 2006 2007 2008
Produit net bancaire
dont produits nets d’intérêts dont commissions dont autres produits d’exploitation
Frais généraux
dont frais de personnel
dont autres charges d’exploitation
Résultats bruts d’exploitation
Dotations aux provisions
Résultat courant avant impôt
Autres produits etrésultats exceptionnels Impôts sur les sociétés Résultat net de l’exercice
Tableau 1
28 164
15 497 8 800 3 867
14 632
8 182
6 450
13 532
2 807
10 726
-1 021 1 901 7 804
35 483
19 756 10 791 4 936 18 314 9 878 8 436 17 169 2 899 14 270 728 3 240 11 758
41 160
22 921 12 240 5 999 19 828 10 663 9 165 21 332 4 263 17 069 2 185 4 946 14 308
48 733
27 403 13 647 7 683 22 031 11 642 10...
tracking img