Crise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7812 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Le système bancaire américain et européen traverse une crise financière sans précédents, c'est la panique totale sur les marchés financiers, les bourses vivent les semaines les plus noires de leur histoire, elles dégringolent dans une spirale infernale et les cotations de certaines banques ont été purement et simplement suspendues.
Les grandes banques internationales s'écroulentles unes après les autres et des centaines de milliers de clients ne peuvent plus effectuer aucune opération de retrait.
On assiste à la mobilisation générale des dirigeants européens pour sortir de la spirale infernale de la crise financière et éviter le krach général: réunion des gouvernements en pleine nuit, sommet urgent des dirigeants des pays de la zone Euro, réunion de crise des ministresdes Finances du G7 le 10 octobre, réunion de crise à Washington du groupe de 20 (rassemblant les ministres et banquiers centraux des principaux pays riches et émergents), réunion du Fond Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale (BM).... Les réunions de crises se succèdent sans déboucher sur une coordination ou solidarité internationale pour réduire les effets de la crise: chacun poursoi et sauve qui peut.

Chapitre 1 :
La crise financière mondiale

I. l’origine de la crise financière

Les médias évitent de le rappeler : la crise financière actuelle est l'une des conséquences du 11 septembre 2001.
En effet, après le 11 septembre 2001, pour remonter le moral et rassurer les américains, les USA ont adopté une politique économique de relance de la consommationglobale : augmenter la consommation gouvernementale destinée principalement au financement des guerres en Irak et en Afghanistan et la consommation des ménages.
Aux USA, le crédit à la consommation des ménages constitue le moteur de la croissance économique. Pour doper l'économie et encourager la consommation, les autorités monétaires ont baissé le niveau des taux d'intérêt.
Ainsi, les ménagesaméricains se sont rués sur le crédit quasiment gratuit (taux d'intérêt:1%) et le secteur immobilier a largement bénéficié de cette manne financière.
Cependant, les taux d'intérêt du crédit hypothécaire n'étaient fixes mais variables et peuvent passer de 1% à 8%.
Pour les banques, les crédits hypothécaires ne représentaient pas un degré de risque significatif. Car en cas de défaillance d'un créancier,la banque saisira le bien. Compte tenu de l'évolution à la hausse des prix de l'immobilier, la revente du bien saisi permettrait non seulement de couvrir le montant du prêt accordé mais aussi de dégager des profits.
Ainsi plus d'un million d'Américains ont bénéficié de ces emprunts et les banques spécialisées dans l'octroi de crédit à risque ont vite éprouvé des difficultés de liquidités.
Pourfaire face à ce problème de liquidité, les banques concernées ont vendu leurs crédits à d'autres banques. Ainsi les prêts hypothécaires accordés ont été transformés en titres.
Il s'agit de créances titrisées qui vont provoquer la crise des subprimes. Ces titres ont été, à leur tour, éclatés et mélangés avec d'autres titres qui composent les différents portefeuilles de placements boursiers.Depuis le 15 septembre 2008, le fameux dicton américain «Too big to fail» (« Trop gros pour sombrer ») a été largement démenti. Victime de la crise des « subprimes » (crédits immobiliers à risque) qui a débuté au printemps 2007, la quatrième banque d’affaires de Wall Street, Lehman Brothers, n’a finalement pas su éviter la faillite. Prélude d’une grave crise financière, la chute de cette banqued’affaires révèle le dysfonctionnement du système financier mondial. À la faillite de Lehman Brothers s’est ajoutée la nationalisation des géants du crédit hypothécaire, Fannie Mae et Freddie Mac, pour la somme de 200 milliards de dollars, ainsi que la nationalisation de l'assureur AIG (American International Group). Face à l’écroulement du système financier libéral américain, l’intervention étatique...
tracking img