Crises politiques francaises 1870 1914

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1557 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Crises politiques de la IIIème République

Crise boulangiste (1887-1889)
Contexte :
Conjonction des extrêmes contre la politique modérée des gouvernements, affaiblissement du régime.
Œuvre sociale de la République limitée (volonté de ménager les campagnes, pas de majorité radicale le permettant) : désenchantement de la classe ouvrière citadine (1882, crise économique, climat socialelourd).
Orgueil national blessé (Alsace-Loraine) et insatisfait, (malgré les conquêtes coloniales) : politique continentale de « recueillement », soumission au système bismarckien. Aspiration à un pouvoir fort dans la population : antiparlementarisme.

Mai 1887 : Le populaire général Boulanger exclut du nouveau gouvernement (« général la revanche », républicain affirmé, soucieux des classespopulaires), incarne des espoirs de changement pour les déçus de la « République modérée ».
1888 - 1889 : mise à la retraite : présentation à plusieurs élections partielles. Boulanger fédère autour de lui une coalition éclectique : radicaux anti-opportunistes, monarchistes (le finance, voit en lui le « bélier contre la république »), bonapartistes (pouvoir fort et personnalisé), ligue des patriotes(militarisme).
Eté 1889 : gouvernement réagit fermement : (modification du mode de scrutin, menace de traduire Boulanger devant la haute cour, dissolution de le ligue des patriotes). L’exposition universelle (Tour Eiffel, fée électricité) et la célébration du centenaire de la révolution détournent les esprits et raffermissent le camp républicain parlementaire. Boulanger s’enfuit en Belgique,échec aux législatives de 1889. Il se suicide en septembre 1891 sur la tombe de sa maitresse.
Limites du mouvement :
• Pas de majorité possible : malgré des succès électoraux en villes l’essentiel de la province hermétique au boulangisme.
• Conjoncture des extrêmes intenable à long terme, (Attentes monarchistes et d’extrême gauche antinomiques).
• Personnalité de Boulanger trop faible,manque de consistance intellectuelle.
Conséquences : reclassement des forces politiques.
• Rapprochement des radicaux boulanchistes et des socialistes, contribue à l’éclosion du socialisme post- Commune, « le boulangisme a frayé la voie au socialisme » René Rémond.
• Nationalisme français passe de gauche à droite en se teintant d’antiparlementarisme et de militarisme.
• Fin des espoirs derestauration pour les monarchistes, début de l’acceptation de la République (années 1890).
• Radicaux et socialistes antiboulangistes, ce tournent vers les campagnes et ce modèrent.

Scandale de Panama (1892-1893)

1885 : une centaine de parlementaires et journalistes reçoivent de l’argent de la compagnie du canal de Panama pour favoriser le vote d’une loi (1888) lui permettant de lever unnouvel emprunt.
1889 : la compagnie fait faillite, les milliers de petits épargnants sont ruinés.
1892 : le scandale éclate via les ennemis de la république parlementaire (anciens boulangistes, antisémites, nationaliste), qui entendent bien jeter le discrédit sur le régime et le renverser. Parmi les « chéquards » : Clemenceau, Freycinet, Baïhaut, Floquet et Rouvier (ministre de la justice). Cesfigures du régime sont jetées à l’opinion par le presse nationaliste et antisémite (La « Libre Parole » de Drumont, et le journal boulangiste « La Cocarde »), des financiers juifs (Hertz, Reinach) sont également impliquer dans le scandale.
Bien que l’affaire provoque la démission d’un gouvernement et de plusieurs ministres mis en accusation, le régime qui n’a jamais été sérieusement menacé, ilréagit par la constitution d’une commission parlementaire, la mise en jugement de 2 administrateurs de la compagnie pour escroquerie, et de 5 parlementaire pour corruption (1893, un parlementaire condamné Baïhaut, peine légère pour les administrateurs).
Conséquences :
• Initiés désormais aux risques de collusions entre le monde de affaires, de la presse et de la
politique, les français...
tracking img