Critique de hobsbawm

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2216 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Résumé critique portant sur l’extrait du livre :
Histoire économique et sociale de la Grande Bretagne,
de la page 31 à 50

Ère Victorienne

Table des Matières : 2
Présentation de l’auteur: 3
Présentation du livre et du contexte de production : 3
Problématique 3
Thèses : 4
Cheminement d’ensemble : 4
Négation des causes données par d’autresauteurs : 4
Facteurs en place pour l’industrialisation : 5
Conclusion de l’auteur : 6
Méthodes : 7
Sources citées par l’auteur : 7
Appréciation du texte : 8
Bibliographie 9


Présentation de l’auteur:
Eric John Hobsbawm grandit à Vienne, suivie de Berlin, pour finalement immigrer en Angleterre ou il fait des études supérieures à Cambridge. Le faitqu’il est membre du Parti Communisme à partir de 1936 n’est qu’un reflet de son obsession de l’analyse des masses prolétaires, de leur évolution, de même que de leur rôle grandissant sur l’économie. Cet engouement nous est partagé dans une liste exhaustive de livres recherchés, de même que par les cours qu’il dispense à l’Université de Londres. Il fait aujourd’hui parti des membres très sélects de laBritish Academy, ainsi que de l’American Academy of Arts.

Présentation du livre et du contexte de production:
L’extrait analysé du livre Histoire économique et sociale de la Grande Bretagne, écrit par Eric J. Hobsbawm en 1969, porte sur les origines de la Révolution Industrielle en Angleterre. Au moment de sa rédaction, la Grande Bretagne fait face à la montée de la primauté économiquedes États-Unis depuis la Première Guerre Mondiale, ainsi qu’au déclin de l’hégémonie britannique à partir de ce même moment, le pays n’étant plus capable de jouer au banquier du monde, et perdant rapidement du terrain. Or, ce déclin ne fut qu’accéléré avec les grands mouvements de décolonisation des années 50-60, causant ainsi la fin, une fois pour toute, de son hégémonie. De plus, avec la fin de laReconstruction en 1955, ainsi que le départ des grandes figures de la Deuxième Guerre Mondiale, tel que Churchill, les britanniques entrent dans une ère de changements de mentalité et d’idéologies frappantes, se retournant davantage sur eux-mêmes et délaissant leurs obligations internationales.

Problématique :
Dans ce contexte de déclin hégémonique, Hobsbawm, de même que beaucoup de sescontemporains, se demandent quelle fut la source de cette Révolution Industrielle, laquelle fut l’origine de la primauté hégémonique de la Grande Bretagne au 18e et 19e siècles.

Thèses :
Le questionnement principal de Hobsbawm se tourna donc vers les origines de l’industrialisation de la Grande Bretagne, et était donc séparé en 2 différentes parties : Pourquoi est-elle arrivée à laGrande-Bretagne avant tout autre pays ? Pourquoi n’est-elle par arrivée plus tôt, ou plus tard, puisque les infrastructures étaient déjà en place?

Cheminement d’ensemble :
Comme nous allons le voir, le cheminement de l’auteur se fait par plusieurs étapes essentielles à la bonne compréhension de la période étudiée. Tout d’abord, Hobsbawm souligne la nécessité de critiquer les théories erronées établiespar d’autres auteurs contemporains. Dans un second temps, il fait l’analyse des facteurs en place pouvant techniquement mener à une révolution industrielle, tant en Grande Bretagne qu’à l’intérieur d’autres pays européens, critique qui nous permet de comprendre comment le recul à la situation aide à la bonne compréhension du problème, ainsi que l’évolution de la pensée historique. Une foiscette comparaison faite, Hobsbawm souligne les caractères propres à l’Angleterre, en analysant d’abord la population, suivis du marché intérieur, et termine par le marché extérieur, étayant de façon élaborée les origines de la révolution industrielle. La conclusion sommative de Hobsbawm nous donne un clin d’œil global sur les conditions réelles ayant pu mener à la Révolution Industrielle, mais...
tracking img