Critique du face a face

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1325 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Face à Face » mis en scène par le dramaturge sri lankais Senaka Abeyratne est un portrait d’un couple déçu en mariage. Le dramaturge lit très finement les couches psychologiques qui se manifestent chez ce couple en empruntant un style plutôt comique. Néanmoins, la sottise qu’on témoigne en scène ne fait qu’accentuer l’histoire plus profonde. Au cours de cette analyse je vais contourner lesbases psychologiques de cette histoire qui est une expression théâtrale très soigneusement crayonnée.
Je vais tout d’abord déchiffrer le concept de « vie en couple » pour mieux aborder le conflit surgi au sein de Kasun et Malika, le couple présent dans la pièce de théâtre. La vie de couple est la cohabitation de deux intimités : une intimité commune et partagée et une intimité personnelle etréservée. Le contraire aura des conséquences néfastes sur la relation. Si les deux sont trop semblables ils s’étouffent et si ceux-ci sont trop éloignés il n’y a rien en commun ainsi rien qui dira que c’est une vie en couple. Nous voyons très clairement à quel point ces deux dimensions sont tout fait mutilées dans le cas de Kasun et Malika.
« Je le comprend pas. Il me voit comme une menace, moi safemme ! » dit- Malika et cela renforce l’idée qu’il n’y a pas d’intimité mutuelle. En plus quand Kasun dit : « Elle ne me laisse pas un moment en paix, J’adore peindre. C’est mon seul passe temps. Mais dès que je prends mon chevalet, elle commence à me faire chier. » cela devient plutôt évident que l’intimité réservé est complètement brisée. Ainsi, on ne voit aucune trace de ces deux dimensions quifont d’un couple un couple sain chez le couple en question.
Après avoir étudié les bases effondrées dans la relation entre Malika et Kasun descendons maintenant une marche de plus à découvrir comment la psychologie stéréotypée de femme et d’homme empire la situation. Le dramaturge dépeint très habilement les comportements banals chez les deux espèces en montrant à quel point c’est à la foisstupide et hostile à une relation mutuelle. Le mari tente d’extérioriser une domination masculine traditionnelle dont le paroxysme et le coup reçu par Malika. En outre, il continue d’affirmer que « le mari porte les pantalons et la femme la petite culotte». La croûte d’humour avec laquelle le dramaturge couvre ce comportement stéréotypé intensifie la stupidité chez Kasun. Une critique aussi aigre estvisée à Malika quand Kasun prononce les mots suivants « Elle pleure pour le moindre petit truc. Un léger malentendu est suffisant pour ouvrir les vannes. Les larmes jaillissent sur ces joues comme les chutes de Niagara. C’est du chantage émotionnel » Cette conduite stéréotypée d’une femme exagérément émotive blesse la relation comme une relation équilibré nécessite obligatoirement deux individusintellectuellement développés. Les personnages ne font rien à s’adapter à la situation. Au contraire ils se révoltent de plus en plus hystériquement exposant leur stupidité et handicapant leur relation.
L’analyse faite jusqu’à ce point nous indique fermement que le couple a atteint un état malheureux où chacun respire une amertume accablante enchaînée par leur propre comportement. Néanmoins, ce quiest intéressent c’est d’apercevoir que le portrait peint est d’un couple malheureux qui fait tout pour le rester. On témoigne une série d’incidents qui mettent en évidence les traits communs à ceux qui s’entêter de se faire souffrir réciproquement. Nous pouvons découper cette attitude destructive en quatre traits principaux. Une communication efficace n’a pas de rôle à jouer dans cette relationcomme la femme en tant que femme « adore les double-sens » et l’homme en tant qu’homme évite la communication en disant  « c’est pas ta foutues affaires » chaque fois que la femme essaie d’y engager. Ainsi, La communication prend une forme de critique ironique gravement monstrueuse. Toute une gamme d’insultes sarcastiques s’est lancée entre le mari et la femme. « Malika n’est pas seulement une...
tracking img