Critique ecole femmes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1202 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire composé 2
Intro :
Afin d’analyser au mieux cet extrait de « La critique de l’Ecole des Femmes » (1663), il est nécessaire d’en présenter l’auteur. Molière, Jean Baptiste Poquelin de son vrai nom, est né le 15 Janvier 1622 à Paris, et s’est éteint le 17 Février 1673 durant une représentation théâtrale. Il fut un auteur de comédies cultes telles que « LesPrécieuses Ridicules » (1659) ou encore «Le Malade Imaginaire » (1673). Au-delà de ses comédies cultes et de son dévouement au mouvement littéraire du classicisme, il était aussi un comédien et un chef de troupe de théâtre sous la protection du Roi-Soleil.
Ce commentaire va être réalisé sur l’étude de la scène V de la pièce de théâtre « La critique de l’Ecole des Femmes ». Composée de 64 lignes, cetteextrait met en scène une dispute sur la pièce de théâtre « L’Ecole Des Femmes » (1662) entre Dorante (favorable à la pièce) et un personnage du nom de Le Marquis (contre cette pièce).
Après lecture de la scène, nous .Nous allons être enclin à analyser dans un premier temps les différents procédés mise en place par Molière afin de créer le comique et faire rire le lecteur. Puis dans un second temps,nous allons décomposer la dimension critique en s’appuyant sur le phénomène de satire sociale présent dans cet extrait et les différents rôles que les deux personnages représentent.

Partie 1 :
Ce dialogue entre Dorante et Le Marquis contient de nombreux passages comiques dont Molière a amélioré grâce à phénomène de « théâtre dans le théâtre » typique de l’humour de Molière.En effet, la présence de l’hyperbole dans les répliques ainsi que dans les mimiques des acteurs est flagrante, comme à la ligne 27 où l’on imagine sans doute La Marquis dire «Je ne veux point d’autre chose pour témoigner qu’elle ne vaux rien (parterre -> non aristocrate) » avec une voix prétentieuse et provocatrice. Mais aussi la gestuel et des paroles dont il fait part à la ligne 51 « Hai !Hai ! Hai ! Hai ! Hai ! Hai ! ».Ce procédé de « théâtre dans le théâtre » est l’une des clés de l’humour de cette pièce.
L’humour mise en place par Molière est aussi fondé sur un autre système de jeu d’acteur, le jeu vif et drôle. Effectivement, la vivacité notée dans cette scène, basée sur des répliques argumentatives qui fusent entre les deux personnages, est un atout pour lecomique. Le fait que ce dialogue soit dans un contexte de dispute, de controverse, conduit à certaines répliques où les personnages accélèrent la cadence du récit et viennent parfois à s’emporter comme le fait Dorante à la ligne 61 où il rétorque « Eh morbleu ! Messieurs, taisez-vous ». Mais cet échange rapide reste pour le moins comique grâce à ces deux personnages.
Dorante etLe Marquis sont avant tout des personnages créés pour provoquer le rire, que l’on appelle « personnages de comédie ». Bien que leurs arguments, que l’on évoquera par la suite, contiennent de nombreux points positifs et négatifs, Ces personnages ne sont pas pris au sérieux par le public et n’ont pour but que le rire et le comique. Ainsi pouvons-nous qualifier les éléments cités ci dessus comme lescaractéristiques de la comédie « à la Molière ». Mais au-delà de la fantaisie comique que procure ce passage, Molière a écrit cette pièce afin de défendre une de ses meilleures pièces de théâtre : « L’école des femmes ». Et dans cette critique qu’il écrit, il énonce les différents arguments des deux personnages, dont l’un est ironiquement ridicule, c’est une satire sociale.

Partie 2 :En effet dans cette scène de la pièce, Dorante et Le Marquis comparent leurs points de vue en s’appuyant sur de nombreux arguments. La satire sociale présente a pour but de dénoncer le comportement des personnes ayant critiqués la pièce comme Le Marquis, qui est une caricature des détracteurs de la pièce. Grâce aux paroles et aux arguments de Le Marquis, il est facile de constater...
tracking img