Critique la rafle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2382 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Juillet 1942 :une ordonnance du régime de Vichy sous l’occupation nazie en France provoque une rafle à Paris, arrêtant
tous les Juifs, pour les parquer au Vélodrome d’Hiver, avant de les transférer dans des camps, dont un en province,
avant de les envoyer vers l’Europe de l’Est.
Le destin de familles, d’enfants, sous cette férule ignoble, pour la première fois évoquée dans une fictionremarquable...
La critique
Remarquable à plus d’un titre, le film de Rose Bosch, se révèle le premier film de fiction à s’attaquer à une des pages les
plus sombres de l’histoire française, 68 ans après les faits, si l’on excepte Mr. Klein. Cela fait long. Mais il vaut mieux
tard que jamais. Surtout avec une telle distribution, et reconstitution au millimètre : Jean Réno, comme on ne l’a jamais
vu,Gad Elmaleh inoubliable et Mélanie Laurent, remarquable. Un grand et beau film qui redore le cinéma français sur
des blessures difficiles à refermer.
Ce qui frappe d’emblée, c’est l’ampleur de la reconstitution historique, situé dans un quartier populaire. Les rapports
entre voisins et commerçants, les enfants, au premier plan, le contexte social.... Très bonne mise en situation. Puis lediscours : la confiance des futurs victimes envers la France ; puis la trahison, avec l’exposé des manoeuvres politiques
qui vont aboutir à une honte de la France. La mise en scène de Rose Bosch n’est pas à charge, mais met à plat une
situation. Elle fait grand bien de l’exprimer par le biais de personnages emblématiques : un artisan, un médecin, une
infirmière, des enfants... sans le souligner. JeanRéno en docteur s’avère remarquable, employé à contre emploi, Gad
Elmaleh, également, Mélanie Laurent, dans un registre plus attendu, s’avère tout autant impliquée.
La rafle fait du bien dans le paysage du cinéma français, car il aborde enfin un épisode sombre de l’histoire française
sous un angle fictionnel, pour dénoncer la vérité d’une époque que l’on tend à occulter, afin de la rendresensible à tous.
La reconstitution historique a fait l’objet d’un soin très particulier, pour rendre ce qui s’est passé dans le vélodrome -
épisode très peu connu et occulté -, puis dans le camp de Baune-la-Rolande, ainsi que sur les quais de gare. Images
terribles. Anecdotes connus de peu d’entre nous. Terrible.
Un film sur le culpabilité française sur ce chapitre, très bien mis en scène avecsobriété et émotion, appuyé d’un casting
ad hoc, rythmé et extrêmement touchant, apprenant des faits que tous ont besoin de connaître, apprenant l’histoire.
Pédagogique, magnifique, digne et poignant.
jamais auparavant l’ignominie de la rafle du Vé-d’Hiv' n’avait été reconstituée au cinéma. Tout juste évoquée,
pudiquement, levant à peine le voile sur cette matinée du 16 juillet 42 où, seule, lapolice française embarque dans des
bus 13 000 juifs, indifféremment femmes, enfants, vieillards et hommes. Direction : le Vélodrome d’Hiver, le Vél-d’Hiv’,
première étape avant les camps d’extermination où l’immense majorité sont assassinés à leur arrivée. 13 000 juifs sur
les 24 000 demandés par Pétain et Pierre Laval qui, dans la Collaboration, font du zèle, anticipant sur les demandesallemandes, leur livrant les enfants qu’elles n’exigeaient pas si tôt dans la mécanique de la solution finale.
Un été 42
De l’organisation de l’opération au départ des trains de Drancy en passant par l’épisode du Vél-d’Hiv, La Rafle dépeint
ces jours, ces semaines qui, à jamais, entachent l’histoire de France. Une horreur perçue de plusieurs points de vue.
D'une poignée de familles dont celle d’unancien combattant communiste ( Gad Elmaleh) excessivement confiant dans
son pays, d’un médecin ( Jean Reno) contraint de travailler dans des conditions abominables, d’une infirmière
protestante ( Mélanie Laurent) solidaire de ceux qu’elle assiste pratiquement jusqu’au quai de la gare, les enfants
surtout… Du point de vue d’Hitler aussi, depuis le nid d’aigle du Berghof où il prend du bon temps...
tracking img