Critique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1075 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Articles de presse:

«Le raffinement du Quatuor Leonis Très beau concert de clôture du Festival aux chandelles de Saint-Pierre-sur-l'Hâte samedi dernier qui nous a révélé le jeune et excellent Quatuor Leonis, déjà présent sur la scène internationale.

En effet, il est rare de rencontrer une telle maturité chez de jeunes interprètes surtout dans des oeuvres de référence de la musique dechambre. Perfection technique Indéniablement stimulés par le plaisir de jouer ensemble sur leurs beaux instruments, on est d'emblée séduit par le Quatuor en sol majeur, KV 387 de Mozart, dans lequel les musiciens se distinguent par leur perfection technique: la justesse individuelle et collective est infaillible, la précision absolue, la virtuosité éblouissante.
Le monde de l'opéra n'est jamais loin,que ce soit dans le Finale ou dans le magnifique Andante cantabile, où le brillant cède à l'émotion.
De ce quatuor aux accents tour à tour calmes et nerveux, on passe dans un tout autre monde avec Henri Dutilleux. Chef-d'oeuvre de mouvance colorée qui conjugue, dans chaque expression, vitesse de la lumière et qualité prismatique de l'enveloppe sonore, Ainsi la nuit passe avec juste raison pour unclassique du quatuor à cordes contemporain.
Le quatuor Leonis en a donné une version fort bien inspirée. Par de superbes jaillissements dans le Nocturne introductif, il entame l'irisation d'un espace encore refermé sur lui-même et dote les figures les plus éloignées d'une naturelle parenté organique.
Cette évidence du geste, les interprètes la transcendent dans une poétique du timbre, amorcéedans un granuleux Miroir d'espace puis développée dans de vertigineuses Litanies.
D'abord par un kaléidoscope de couleurs associé au mouvement hélicoïdal puis par de sensuels dégradés convertissant le frisson en série d'entrelacs progressivement étoffés. Le ballet virtuel des Constellations, tout en esquives et fusées traçantes, l'apparence de mirage du Nocturne 2 et la densité synthétique du Tempssuspendu incitent à parler de lecture magique.

Parfaite symétrie pour conclure avec le Quatuor n°2, op.59 «Razoumovsky», de Beethoven, point culminant de ce concert. Il n'y a pas un moment où Leonis se trouve en défaut. Tout est construit, exemplaire de lisibilité et d'équilibre. La sonorité est toujours pure et belle. Verve et conviction dans cette oeuvre de pleine maturité au ton souventhéroïque, dans laquelle les développements sont plus complexes mais aussi déjà plus tourmentés, l'éloquence des interprètes ne perd rien de sa spectaculaire cohésion. Que ce soit dans les moments ténébreux, dans cette force brute ou d'allégresse, dans les élans passionnels, ou dans les douloureuses lamentations, leur propos épanoui nous pénètre au point de nous envahir.

Avec une verve et uneconviction qui ne connaissent jamais la moindre faiblesse, leur engagement souligne avec autant de sincérité la violence des conflits que la joie des dénouements heureux, mais on est tout aussi séduit par la profondeur de leur recueillement dans le mouvement lent.
On ne peut que souhaiter à ces jeunes interprètes de donner d'autres concerts de ce niveau à l'image de ce programme présenté dans lesmeilleures conditions.»

Pierre Chevreau

©Dernières Nouvelles d'Alsace – 2009

Édition du Mar 1 sept. 2009

Journal Novosti, Belgrade 23 juillet 2007

Jeunes et téméraires

«"Jeunesse-inconscience", dit un proverbe populaire. C'est précisement ce qu'a pensé l'auteur de ces lignes en voyant les quatre jeunots du quatuor Leonis mettre à leur programme le quatuor de Ravel, "la jeune fille etla mort" de Schubert et une oeuvre moderne d'Alexandre Damnianovitch, son "Quatuor lyrique". Un auditeur averti sait ce que signifie un tel programme. "La jeune fille et la mort", un des quatuors les plus beaux et les plus difficiles de Schubert, le Quatuor de Ravel, oeuvre écrite en 1903 qui met à l'épreuve les talents "coloristiques" des interprètes, et une oeuvre contemporaine aux dimensions...
tracking img