Criton de platon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1260 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Socrate, né en 469 av. J.-C, est un philosophe de la Grèce antique (Ve siècle av. J.-C), rationnel et vertueux, il est considéré comme l’un des inventeurs de la philosophie morale et politique. Ce philosophe base sa vie toute entière sur des principes de justice. À l’âge de 70ans, ce philosophe se fera accuser injustement par les hommes de savoir d’Athènes d’impiété et de corruption de lajeunesse. Un procès lui est alors imposé et une condamnation à mort par empoisonnement en découle. En raison d’une fête religieuse, il doit attendre son exécution en prison le temps que le navire revienne au port de Délos. Environs du même âge, Criton, bon ami, étant très fortuné, met en gage ses biens pour l’évasion de son cher ami, cependant il doit d’abord convaincre Socrate de s’enfuir. Platon, grandadmirateur et élève de ce dernier, décrit dans le un dialogue argumentatif très serré entre Criton et Socrate sur son évasion.
Tout d’abord, Criton arrive vers l’aube en prison dans le but d’annoncer une nouvelle fâcheuse et accablante. Dés son arrivé, Criton fût impressionné par le sommeil de Socrate, qui malgré sa condamnation ne fût pas livré au chagrin. S’en suit alors que le visiteurfortuné utilise des procédés sophistes pour convaincre ce dernier de prendre la fuite, comme il fait appel à la pitié et au grand nombre, en lui parlant des intérêts qu’il porte à ses amis et à lui qui doivent le retenir. Dans un premier temps, il lui souligne la peine qui découlera de la perte d’un ami tel que Socrate, qui lui est cher et qu’il ne pourra jamais remplacer. Il enchaine sur le fait quepersonne ne voudra croire que Socrate n’est pas voulu s’évader, que les gens qui ne les connaissent pas bien, croiront que Criton était plus attaché à son argent plutôt qu’à son ami, ce qui amènerait à une mauvaise réputation à ce dernier. Il énonce de surcroit que sa mort entraînera plus d’un malheur pour ses amis et sa famille. Que Socrate ne doit pas être mal à l’aise devant le fait que ses amismettent leur argents pour son évasion, car c’est leurs devoirs de le faire. Qu’il ne doit penser d’abord à son devoir parental avant toute chose. Bref, Criton argumente que Socrate doit sauver sa peau le plus vite possible devant cette grande injustice qui lui a été dédiée pour son bien et le bien de son entourage.
Socrate répond à ce type d’arguments d’une manière très rationnel, réfléchit etraisonnable. Il répond par : Un Pourquoi ils devraient mettre tant de peine de l’opinion du vulgaire ? Que les gens qui sont sensés, dont le jugement doit leur préoccuper le plus, ne douteront pas que les choses se soient passées comme elles se seront passées réellement. . Mais, l’intérêt qu’il a pour ses amis et d’autres raisons encore le retiennent. Devant l’affectif Socrate ne cédera pas, carle malheur personnel n’enlève pas sa force à ce qui est rationnellement fondé, La foule ne lui fait pas peur.
Socrate fait appel à des principes qu’il a déjà émis dans le passé et ce afin de régler la discussion en vue de déterminer ce qu’il ya de mieux à faire dans les circonstances. Il énonce le fait qu’un principe est un raisonnement, qu’on ne doit pas tenir compte de toutes les opinions,celles des gens insensés, irréfléchis, irrationnels, mais plutôt le contraire. D’ailleurs Socrate utilise une analogie pour justifier son principe, celle-ci, il la fût en établissant un lien avec un homme qui exerce de la gymnastique et l’opinion de qui il devrait écouter pour être à son meilleur (un spécialiste ou la foule ?). Il annonce qu’il faut toujours écouter la voix de la raison, celle quidicte la bonne conduite en toutes circonstances. Il argumente aussi qu’il ne faut pas prendre trop à cœur des dits de la multitude, mais bien de ce que l’homme compétent juge sur le juste et l’injustice. Que leur seul juge, est la vérité elle-même. Que donc, Criton amène mal la discussion en avançant qu’ils devront s’inquiéter de l’opinion de la foule en tant que juge de la situation. Tout comme...
tracking img