Criton (platon)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2318 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Criton est un dialogue de Platon, à la tonalité éthique. Criton est un personnage de la Grèce antique dialoguant avec Socrate (dans l'œuvre portant son nom). Il essaie de le convaincre de se sauver pour éviter la mort.

Cette œuvre est la transcription par Platon d'un dialogue entre Socrate et Criton ayant pour sujet le devoir. Criton essaie de convaincre Socrate de s'échapper de la prison oùil attend la mort suite à sa condamnation, rapportée dans l’Apologie de Socrate. Socrate refuse, imaginant ce que lui diraient les lois, sans qui il ne serait rien, s'il les violait en s'échappant. Il conclut que l'évasion constituerait une ingratitude envers les lois qui ont fait se rencontrer ses parents, qui l'ont éduqué, bref qui l'ont façonné tel qu'il est. Ce texte est très révélateur del'importance des lois et de la cité pour les Athéniens de l'époque classique.

Sommaire [masquer]
1 Les arguments de Criton
2 Opinions
3 Juste injustice ?
4 Remarque et Anecdote
5 Bibliographie


Les arguments de Criton [modifier]
La vie de Socrate est en jeu et celui-ci peut encore être sauvé de la mort. Criton est le plus grand ami, et aussi le plus riche, et c'est ainsi qu'il peutsauver son ami philosophe.

À l'époque de la Grèce antique il n'était pas rare d'être condamné à mort avec comme sous entendu que le condamné s'enfuirait. Cette thèse est confortée dans le cas de Socrate par le fait qu'il y a eu plus de vote de la part des juges pour le condamner à mort que pour le déclarer coupable. Cela tient au fait que Socrate s'est abusivement moqué des juges. Lesprisonniers pouvaient facilement s'échapper et s'exiler moyennant quelques pots de vins. L'ensemble du dialogue est sous tendu par une tension dramatique, Criton est le dernier rempart contre l'injustice qui va tomber sur Socrate. Socrate va chercher à le convaincre. Criton est ami de Socrate au moins dans ce sens où il lui parle franchement et n'hésite pas à tout lui dire, bien qu'il sache que Socrateaura le dernier mot.

Le premier argument de Criton est que la mort de Socrate va priver ses amis de sa présence. La mort de Socrate va causer un tort à ses amis, en particulier à Criton qui est riche et qui sera accusé de ne pas avoir voulu payer les sycophantes (dénonciateur professionnel à Athènes et dans quelques autres cités). Criton sait que Socrate est aussi fidèle que lui et il pense quesi Socrate ne se sauve pas pour lui-même, peut-être se sauvera-t-il pour ses amis. Mais cet argument a une faille, énorme : en effet, il repose entièrement sur l'opinion publique (doxè : réputation) pour laquelle Socrate n'a que peu d'estime. Si Criton est mal vu par l'opinion publique, où est le problème ? Sachant que l'opinion publique se permet de juger sans avoir la pleine connaissance duproblème, ce qui pour Socrate est une faute : l'ignorance du problème empêche de lui trouver une juste solution, sans connaissance des faits on ne peut juger. Le peuple juge selon l'apparence, non selon les faits, il juge selon le vraisemblable. De fait, pour Socrate seule compte l'opinion des plus raisonnables, qui eux comprendront la pensée que Socrate a eue en refusant de s'évader, et se douterontbien que ses amis lui auront proposé. Beaucoup d'autres, à l'instar de Criton, se sont proposés de payer pour Socrate. L'attitude de Socrate semble ainsi invraisemblable, impossible : se laisser exécuter alors qu'il peut vivre à l'abri du besoin grâce à ses amis.

Criton revient à la charge en arguant que si l'opinion publique n'a pas de valeur et qu'elle ne mérite que le mépris, il faut pourtantla considérer (notamment à cause de son pouvoir de nuisance, et de sa puissance aveugle), Socrate répondit qu'elle ne pouvait pas faire de grand mal pour la raison qu'elle ne pouvait pas faire de grand bien.

Définissons l'opinion : elle accepte de ne pas savoir mais se permet de juger. Selon Platon (qui fait parler Socrate) lorsqu'on ne sait pas tout... on se tait.

En fait, l'opinion...
tracking img